Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Déconfinement : moins de 20 personnes par bus à Chambéry après le 11 mai

Par

Le plan de déconfinement du gouvernement concerne aussi les transports publics. Après le 11 mai, le port du masque et le respect des règles de distanciation seront obligatoires dans les bus. "Une équation difficile à résoudre" pour Frédéric Maillard, le directeur du réseau Synchro-Bus à Chambéry.

La capacité des bus chambériens devra s'adapter aux règles du déconfinement après le 11 mai. La capacité des bus chambériens devra s'adapter aux règles du déconfinement après le 11 mai.
La capacité des bus chambériens devra s'adapter aux règles du déconfinement après le 11 mai. © Radio France - Nelly Assénat

Le plan de déconfinement du gouvernement , dévoilé mardi à l'Assemblée nationale par le premier ministre Edouard Philippe, concerne aussi les transports publics. A partir du 11 mai, le port du masque sera obligatoire et les règles de distanciation sociale devront être respectée "au moins pendant trois semaines" dans les bus, tramways, trains, et métros. Cela imposera de réduire "drastiquement" les capacités, tout en faisant "remonter l'offre de transport urbains". Dans la foulée des annonces, le directeur du réseau Synchro-Bus de l'agglomération Grand-Chambéry Frédéric Maillard a accepté de répondre aux questions de France Bleu Pays de Savoie. 

Publicité
Logo France Bleu

Frédéric Maillard, l'application concrète des mesures gouvernementale vous parait-elle possible pour l'après 11 mai ? 

C'est difficile à établir tout de suite car les annonces sont vraiment récentes. Nous sommes déjà en train de travailler sur le respect de ces préconisations gouvernementales, mais l'équation sera difficile. Le port du masque reposera sur la responsabilité individuelle des voyageurs, et respecter un nombre maximal de personnes par véhicule sera un véritable casse-tête à résoudre. 

En temps normal, quelle est la capacité de vos bus, et quelle serait la jauge pendant le déconfinement ?

Dans un bus classique, on peut embarquer jusqu'à 80 personnes en heure de pointe. Dans le cadre du déconfinement, on sera certainement sur 15 à 18 personnes maximum selon nos calculs. Dans un bus, il y a des places assises et debout, faire respecter les règles de distanciation quand on est debout est compliqué. Il est difficile de mettre un marquage au sol qui permet de respecter une distance d'un mètre entre voyageurs. Encore une fois, il en va aussi de la responsabilité de chacun. 

Se rapprocher d'une offre "normale" dans ces conditions parait compliqué...

Oui, mais il faudra le faire, car si l'on doit limiter le nombre de voyageurs à l'intérieur d'un véhicule, il faudra que notre offre soit la plus forte et la plus haute possible. Il faudra aussi le faire progressivement, en accompagnant la reprise d'activité globale dans l'agglomération chambérienne, l'activité scolaire et économique même si le télétravail restera privilégié. Il faudra que l'on trouve les moyens pour retrouver dans ces conditions un niveau de service le plus haut possible. 

Réserver certaines plages horaires à une certaine population vous parait faisable ? Comment savoir qui monte dans un bus ? 

Très honnêtement, je ne vois pas aujourd'hui comment on peut le faire matériellement. Cela supposerait une personne dans chaque bus pour contrôler ? C'est difficilement réalisable. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu