Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Déconfinement : vers une modification du plan de circulation pour faire plus de place au vélo à Rouen

Comme dans d'autres agglomérations françaises, la métropole de Rouen étudie la possibilité de faciliter l'usage du vélo à la sortie du confinement. Des changements provisoires du plan de circulation sont envisagés alors que l'association de cyclistes, Sabine, a formulé une série de propositions.

Des pistes cyclables temporaires pourraient être crées dans l'agglomération rouennaise pour limiter l'usage de la voiture  à l'heure du déconfinement.
Des pistes cyclables temporaires pourraient être crées dans l'agglomération rouennaise pour limiter l'usage de la voiture à l'heure du déconfinement. © Radio France - Bénédicte Courret

Pour préparer le déconfinement, plusieurs grandes villes françaises annoncent travailler à des plans de mobilité où piétons et cyclistes auraient plus de place. C'est le cas à Montpellier, Lille, Rennes, Nantes, Toulouse, Lyon ou Bordeaux.  Dans l'agglomération rouennaise, des modifications du plan de circulation pourraient être mises en place à partir du 11 mai. Elles sont encore à l'étude mais les choses devraient se préciser d'ici la fin de semaine. A travers notamment des pistes cyclables temporaires, l'utilisation du vélo pourrait être particulièrement encouragée. 

Des aménagements provisoires

Difficile de respecter la distanciation sociale à l’heure de pointe dans le métro, il est probable que les transports en commun soient boudés par les habitants à l'heure du déconfinement. Dans une agglomération où le trafic est dense en temps normal, "il faut trouver des solutions provisoires pour éviter que tout le monde prenne sa voiture". Le sujet est sensible et "il ne faut pas que ce soit contre-productif" précise la directrice générale adjointe du département  "espace public et mobilité" de la métropole rouennaise. Catherine Goniot explique : "L'idée c'est de prendre de la place sur la voiture et de laisser de l'espace pour les vélos sur les grands axes et notamment sur les routes à deux fois deux voies." Sur quels axes ? "On est en train de les identifier. Ça fait déjà un moment qu'on y travaille avec les élus pour faire des propositions qu'on va valider d'ici la fin de cette semaine". 

Outre la circulation des véhicules dans les rues de l'agglomération, devant les écoles ou devant certains commerces, des aménagements pourraient également être menés à l'occasion du déconfinement. "Pour que la distanciation sociale puisse être respectée". La Métropole de Rouen vérifiera la sécurité et la faisabilité technique de ces changements, précise Catherine Goniot. Certains d'entre eux pourraient aussi être menés après le 11 mai car les délais sont courts. Chacun des aménagements serait réversible s'il s'avérait inefficace ou contre-productif veut-elle rassurer. 

Catherine Goniot, directrice générale adjointe du département "espace public et mobilité durable" de la Métropole de Rouen

Peinture jaune et balises en plastique

L'association de cyclistes Sabine (Société Amicale pour la Bicyclette en Normandie et dans la Métropole de Rouen) a formulé toute une série de propositions pour aménager des pistes cyclables temporaires. Ses représentants doivent être reçus à la Métropole de Rouen ce mercredi après-midi. Avec le déconfinement, les défenseurs du vélo ont bien l'intention de se faire entendre. "Le confinement, comme le déconfinement annoncé comme progressif, libèrent de l'espace public par une diminution de la circulation automobile" affirme Guillaume Grima pour l'association, "Nous considérons que dans le même temps, _nos concitoyens vont avoir envie de profiter du vélo qui va leur éviter les transports en commun_. Ces deux paramètres doivent inciter la métropole de Rouen à mettre en place des aménagements temporaires cyclables dans les rues avec de la peinture jaune et des balises en plastique qui pourront être modifiables une fois que la situation sera revenue à la normale." 

Guillaume Grima, association "Sabine" de promotion du vélo dans la métropole rouennaise

Sabine propose par exemple, de mettre en sens unique la rue d'Elbeuf et l'avenue des Canadiens sur la rive gauche de Rouen ou encore,, rive droite, de dédier une voie sur les trois de la côte de Bonsecours "pour créer un itinéraire sécurisé" pour les cyclistes qui montent vers les plateaux Est. Vous pouvez consulter le détail des propositions de l'association dans le document PDF ci-dessous :

Un enjeu environnemental

L'enjeu de "l'urbanisme tactique" comme l'appellent les spécialistes est aussi environnemental. L'agglomération de Rouen est régulièrement soumise à des pics de pollution liés à la circulation automobile. Selon un bilan effectué par Atmo Normandie et publié la semaine dernière, les concentrations moyennes journalières en oxydes d’azote (NOX) ont fortement diminué à proximité des axes routiers depuis la mi-mars. A Rouen, leur présence baisse jusqu’à -65 %  sur le mois de mars entre les 15 jours avant confinement et les 15 premiers jours du confinement. Pour le directeur adjoint de l'organisme chargé de la surveillance de la qualité de l'air, Christophe Legrand, si le rôle d'Atmo n'est pas de prévoir les comportements des habitants de l'agglomération, une chose est sûre : "Oui, on risque d'avoir un mauvais rebond si on a plus de voitures qu'avant et qu'il n'y a pas une forte incitation au télétravail".  

Précisons que les alertes lancées ce week-end  des 26 et 27 avril sur la qualité de l'air dans la Manche et en Seine-Maritime sont dues à des phénomènes saisonniers (épandages, douceurs de la météo, soleil et humidité). 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu