Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Découverte de nouvelles espèces protégées sur le site de l'aéroport de Notre Dame des Landes

mardi 29 décembre 2015 à 17:48 Par Pascal Roche, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Le collectif des "Naturalistes en lutte" affirme mardi avoir découvert cinq nouvelles espèces protégées sur le site de Notre-Dame-des-Landes. Selon les scientifiques, ces espèces n'ont pas été prises en compte dans le projet et elles pourraient remettre en cause tout démarrage de travaux.

Des naturalistes découvrent de nouvelles espèces protégées
Des naturalistes découvrent de nouvelles espèces protégées © Maxppp - @maxppp

Nantes, France

C'est le dernier épisode de l'interminable feuilleton du transfert de l'aéroport de Nantes sur le site de Notre-Dame-des-Landes. Un collectif de naturalistes qui a entamé en 2013 un inventaire sur le site dit avoir découvert cinq nouvelles espèces protégées : trois plantes, un amphibien et un mammifère. Les scientifiques affirment qu'aucune demande de dérogation pour leur destruction n'a été déposée par les défenseurs du projet.

Il est anormal que ces espèces ne soient pas prises en compte - François De Beaulieu, le porte-parole des naturalistes

François de Beaulieu, porte-parole du collectif des naturalistes

Le collectif pense que cette découverte ne remet pas en cause le projet d'aéroport en lui-même mais la procédure de démarrage des travaux. En clair, le groupe d'experts demande que les différentes étapes administratives soient respectées. Quand de nouvelles espèces sont répertoriées, avant de pouvoir les détruire, il faut un avis du Conseil national de protection de la nature puis un arrêté préfectoral qui est évidemment attaquable devant un Tribunal administratif. Voilà qui pourrait ralentir un peu plus la procédure.