Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Défi à Metz : ils vont vivre un mois sans voiture

jeudi 13 septembre 2018 à 17:56 Par François Pelleray, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu

Une dizaine de foyers de l'agglomération messine se sont lancés dans un challenge qui peut paraître fou pour certains, ou naturel pour d'autres : vivre un mois sans voiture. Pour y parvenir, Metz métropole leur met à disposition d'autres moyens de transport, histoire de changer leurs habitudes.

 Emilie Essert pilote à Metz métropole cette opération "un mois sans voiture".
Emilie Essert pilote à Metz métropole cette opération "un mois sans voiture". © Radio France - François Pelleray

Metz, France

Le défi débute ce vendredi. Une dizaine de foyers de l’agglomération messine s’engagent à vivre un mois sans leur voiture. Mais pour adoucir le défi, Metz métropole (qui s'est inspirée des villes de Bordeaux, Grenoble, Niort ou encore Dijon) met tout en oeuvre pour les aider à utiliser d'autres modes de transports. Des abonnements sont offerts pour les bus du Met', mais aussi pour les vélos Indigoweel et Velomet', sans compter des réductions pour de l'autopartage, etc.

Dominique Lebesson fait partie des volontaires. Elle est célibataire, sans enfant, elle habite dans le centre de Metz. Pour elle, le plus compliqué sera de faire les courses sans voiture : "ça serait bien d’avoir un vélo électrique, parce que faire les courses à vélo et rapporter de l’eau ou des produits lourds, ça peut être dur dans les côtes. Après, c’est vrai que j’ai la chance d’habiter dans un quartier avec un supermarché à 5 minutes". 

Des participants qui habitent surtout à Metz et dans sa première couronne

Mais alors pourquoi avoir toujours une voiture dans ces conditions-là ? "Parce que j’adore aller tous les dimanches matins au marché Sainte-Thérèse et que les transports en commun sont limités ce jour-là. Il faudrait que je réfléchisse pour savoir comment m’y rendre sans voiture et revenir avec plein de légumes". 

A l’image de Dominique, les participants sont des gens qui habitent plutôt à Metz même ou alors dans la première couronne. Toutes les générations sont représentées, de 25 à 65 ans. Des célibataires comme des familles, dont une avec cinq enfants ! 

Je fais la flemmarde (Dominique Lebesson, une participante)

Dominique Lebesson a le Mettis à ses pieds et pourtant elle sort parfois sa voiture par paresse avoue-t-elle : "je fais la flemmarde parfois pour aller au travail, je peux la prendre plusieurs fois par semaine. Maintenant, j’espère que pendant cette période d’un mois sans voiture il ne va pas faire un temps pourri". 

Sur mon vélo, je me réchauffe en deux minutes ! (Emilie Essert, responsable de l'éco-mobilité à Metz métropole)

La météo n’arrête pas Emilie Essert. Elle est responsable de l'éco-mobilité à Metz métropole et elle pilote ce mois sans voiture : "quand vous entrez dans votre voiture gelée l’hiver, je pense que les dix premières minutes sont fraiches alors que sur mon vélo je me réchauffe en deux minutes. Et je suis bien, je me sens libre. Et quand il pleut, j’ai une cape de pluie très performante". 

Une révolution douce

Emilie Essert plaide pour une révolution douce. On peut commencer par se séparer d'une voiture sur deux. Et se laisser tenter par l'autopartage.

A l'occasion de la semaine de la mobilité, on peut voyager ce samedi 15 septembre à volonté pour seulement un euro sur le réseau de bus du Met'. On peut également découvrir à vélo le plateau de Frescaty, l’ex-BA 128.