Transports

Défi #sansmavoiture à Dijon : c'est l'heure des vacances

Par Marion Bargiacchi, France Bleu Bourgogne lundi 24 octobre 2016 à 6:00

À la gare de Dijon , nombreuses sont les familles à partir en vacances.
À la gare de Dijon , nombreuses sont les familles à partir en vacances. © Radio France - Marion Bargiacchi

La famille Biron, a rangé les clefs de voiture depuis le 1er octobre. Elle a été sélectionnée pour participer au défi #sansmavoiture : ils vont tenter de passer deux mois sans leur véhicule et devenir ainsi des "super héros du déplacement". C'est la troisième semaine que nous les suivons.

Cette semaine est une semaine un peu spéciale. Vous l'aurez remarqué si vous avez des enfants... ce sont les vacances depuis mercredi dernier.

Des enfants, la famille en compte six. Ils partent tous ensemble en vacances à Lille avec le TGV. Même s'ils ont rangé les clefs de la voiture, ils avaient déjà l'habitude du train comme l'explique Marie, la maman : "C'est plus sympa, ça permet d'être tous ensemble, de s'amuser, jouer, faire d'autres choses... pour l'instant on doit rouler à deux voitures parce qu'on tient pas dans une : le péage, l'essence multiplié par deux... le train c'est plus intéressant !"

Et si c'est plus intéressant, c'est surtout grâce aux cartes de réduction de la SNCF comme le précise le papa, Nicolas : "Avec la carte famille nombreuse, c'est moins 75% sur le prix du billet."

Pour ce trajet Dijon-Lille, l'aller-retour pour huit personnes c''est 225 euros. En voiture... 400 euros.

Des contraintes différentes selon les profils

Alors quand on est deux, c'est difficile de rentabiliser le train sauf à prendre des billets "preum's", mais quand on est nombreux, il faut s'adapter "Oui on doit prendre le train où il y a de la place tout simplement" rit Nicolas. Une fois la famille arrivée près de Lille, pas question d'utiliser la voiture. "On ne triche pas, on a de la famille qui passera nous chercher...Oh ! J'ai oublié le rehausseur !"

Et oui, quand on se passe de la voiture, on oublie certaines choses...devenues accessoires.

→ À lire aussi :

Partager sur :