Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Dégradations des radars : un manque à gagner de 660 millions d'euros de recettes pour l'État

vendredi 29 mars 2019 à 7:48 Par Géraldine Houdayer, France Bleu

Les dégradations des radars automatiques, mises en cause dans l'augmentation de la mortalité routière en février (+17,1 %), sont aussi à l'origine d'un important manque à gagner pour l'État : les appareils dégradés représentent 660 millions de recettes fiscales en moins sur deux ans.

Un radar recouvert de peinture jaune à Chavagne, en Ille-et-Vilaine.
Un radar recouvert de peinture jaune à Chavagne, en Ille-et-Vilaine. © AFP - Damien MEYER

Les dégradations des radars, qui se sont multipliées à partir de l'été dernier avec l'entrée en vigueur des 80km/h sur les routes secondaires et ont encore augmenté avec le mouvement des gilets jaunes, sont mises en cause dans l'importante hausse de la mortalité routière constatée en février dernier.

Mais ces radars dégradés représentent aussi un important manque à gagner pour l'État : selon Les Echos, 660 millions d'euros de recettes fiscales vont manquer sur deux ans, une information confirmée par le ministère de l'Économie et des finances à franceinfo. Début mars, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a expliqué que 75% des radars avaient été dégradés.

La facture encore plus élevée avec le coût des réparations 

Selon Bercy, les pertes de recettes s'élèvent à 209 millions d'euros sur 2018, par rapport aux 928 millions d'euros provisionnés. Sur l'année 2019, ce manque à gagner devrait atteindre 455 millions d'euros. C'est la moitié des recettes qui avaient été prévues, qui sont de 1,04 milliard.

Mais ce montant de 660 millions d'euros ne prend pas en compte le coût des réparations des appareils. La facture totale des destructions de radars sera donc, au final, bien plus élevée.

  - Visactu
© Visactu -