Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Départs en vacances à Bordeaux : "On pourrait faire un livre des pires excuses des automobilistes en infraction"

vendredi 28 juillet 2017 à 17:34 - Mis à jour le vendredi 28 juillet 2017 à 20:20 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde et France Bleu

Les gendarmes de la Gironde sont encore mobilisés sur les routes pour ce weekend de départs en vacances. Ils répètent inlassablement les consignes de sécurité à respecter. Et sont souvent interloqués par les excuses données par les automobilistes pris en flagrant délit d'excès de vitesse.

Contrôles vitesse - Illustration
Contrôles vitesse - Illustration © Maxppp -

Arriver sur son lieu de vacances le plus vite possible, pour ensuite se prélasser. Les gendarmes de Gironde rappellent qu'il faut surtout arriver entier, et pour cela, il faut respecter des règles élémentaires de sécurité (comme attacher la ceinture de sécurité des enfants à l'arrière, même si le trajet est long et surtout s'ils sont turbulents). A l'occasion de ce nouveau weekend de départs en vacances, ils se sont remémorés les pires excuses donnés par des automobilistes pressés et imprudents.

"210 km/h... pour ne pas s'endormir au volant !"

"On pourrait faire un livre" explique le Capitaine De Laporte le commandant en second de l'escadron départemental de sécurité routière de la Gironde. Il se souvient d'un automobiliste contrôlé à 210 km/h sur l'autoroute qui avait expliqué avoir roulé durant 8 heures d'affilée et à qui il restait une petite demi-heure de route. Il avait argué "qu'il avait besoin d'une dose d'adrénaline pour terminer son parcours et ne pas s'endormir au volant".

Autre témoignage d'un conducteur flashé et qui explique aux gendarmes lors de son audition qu'il se "rendait aux obsèques d'un ami décédé sur la route après un grand excès de vitesse". Des arguments "fous" reconnaît le Capitaine De Laporte, pour des automobilistes qui ne prennent conscience de leurs imprudences qu'au moment de leur arrestation.