Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Dérapage financier de 11 millions d'euros pour le terminal multimodal du Havre

mardi 9 octobre 2018 à 19:48 Par Amélie Bonté, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

La Cour des comptes a enquêté sur la gestion de la plate-forme multimodale du port du Havre entre 2008 et 2017. Il en ressort un dérapage financier de 11 millions d'€ et le rapport est sévère : "opération mal montée", "bilan financier déséquilibré" pour ce projet qui a coûté 147 millions d'€.

Le terminal multimodal du Havre a coûté 147 millions €
Le terminal multimodal du Havre a coûté 147 millions € © Radio France - Amélie Bonté

Le Havre, France

Encore une affaire de mauvaise gestion d'argent public au Havre. Cette fois la Cour des comptes épingle la gestion de la plate-forme multimodale au Havre gérée par le Grand Port Maritime et de l'Etat. Cette plate-forme, contestée car loin des terminaux du port, doit permettre le chargement des conteneurs arrivés par bateau, sur des wagons pour partir par voie ferrée, ou bien chargés sur des camions pour partir par voie routière. 

Une infrastructure indispensable que possède les ports concurrents d'Europe du Nord. La plate-forme multimodale, véritable serpent de mer au Havre a mis des années à voir le jour et ne fonctionne toujours pas à plein régime. Le tout a coûté prés de 147 millions d'€ soit quasiment 11 millions d'€ de plus que prévu

Un constat de la Cour des comptes sans appel

"Un bilan financier déséquilibré", "un projet lancé à la hâte sans analyse préalable", "un montage financier au détriment des intérêts publics" : voilà en résumé ce que constate la Cour des comptes après enquête sur la plate-forme multimodale depuis son lancement en 2008. Si la critique est virulente, c'est parce que la structure a coûté 147 millions d'€, que le budget a été dépassé de quasiment 11 millions d'€, que la société gérante de la plate-forme a longtemps été en difficulté financière et qu'aujourd'hui, 10 ans après le lancement, la Cour remarque que l'équilibre financier n'est pas du tout acquis. 

Les experts soulignent ce qui avait fait grand bruit à l'époque, une impréparation flagrante avec notamment un système informatique pas du tout opérationnel lors du lancement. Il soulignent également qu'il y a toujours une "attractivité insuffisante" concernant la desserte ferroviaire, là encore les acteurs portuaires ont régulièrement critiqué la SNCF pour son manque d'implication. 

La Cour des comptes émet donc plusieurs recommandations et surtout enjoint l’État à définir une politique publique globale pour l'ensemble des grands ports maritimes français et à affirmer des priorités d'investissement. En somme ce qu'attendent les acteurs portuaires depuis longtemps et ce qu'ils espèrent voir réaliser depuis qu'Edouard Philippe, ancien maire du Havre, est devenu Premier ministre.