Transports

Dernière phase des travaux pour le futur contournement de Mussidan

Par Pauline Ben Ali, France Bleu Périgord lundi 19 septembre 2016 à 21:10

Une partie du chantier, situé à la sortie de Mussidan, qui a démarré il y a quatre mois.
Une partie du chantier, situé à la sortie de Mussidan, qui a démarré il y a quatre mois. © Radio France - Pauline Ben Ali

La seconde et dernière phase du chantier de contournement de Mussidan a démarré il y a quatre mois et va durer jusqu'à l'été 2018. A terme, cette déviation permettra de désenclaver l'axe nord/sud entre Bergerac et Angoulême, et de rejoindre plus rapidement l'autoroute A89.

Le contournement de Mussidan commence à prendre forme. Démarré en 1998, le chantier a entamé sa deuxième et dernière phase il y a quatre mois et devrait à terme permettre de désenclaver la zone.

Un projet de 14,9 millions d'euros

Le contournement fait 4,2 kilomètres en tout et va permettre de relier plus rapidement Bergerac et Angoulême, sans passer par Mussidan. La déviation contourne la ville par l'ouest et permettra aux automobilistes de gagner du temps. Du temps de gagné aussi pour rejoindre l'autoroute A89 estime Isabelle Albran "La seconde phase des travaux, celle qui est en cours, va relier la route du Fleix à l'échangeur des Lèches"  détaille la responsable de la Direction des Routes.

Le plan du projet présenté ce lundi lors de la venue du président du Conseil Départemental de Dordogne - Radio France
Le plan du projet présenté ce lundi lors de la venue du président du Conseil Départemental de Dordogne © Radio France - Pauline Ben Ali

C'est aussi une meilleure qualité de vie qui attend les Mussidanais estime pour sa part Germinal Peiro. Le président du Conseil Départemental de Dordogne, venu visiter le chantier lundi, affirme que la déviation va désengorger la commune.

Actuellement, 10.000 véhicules passent tous les jours dans la ville, des véhicules qui, pour la plupart, ne font que la traverser. La première phase des travaux a coûté 9,4 millions d'euros, à cause des ouvrages d'art que les chefs de projet ont du prendre en compte durant les travaux et qui ont alourdi le coût des travaux, notamment le pont-rail du Petit Vacher.La seconde phase du chantier, elle, est estimée à 5,5 millions d'euros, etdevrait se terminer à l'été 2018.

Partager sur :