Transports

"Derrière chaque victime de la route, il y a des victimes de la vie", la nouvelle campagne de la Sécurité routière

Par Clémence Gourdon, France Bleu vendredi 29 janvier 2016 à 10:39

"Onde de choc", la campagne préventive de la Sécurité routière
"Onde de choc", la campagne préventive de la Sécurité routière - Sécurité routière

La Sécurité routière a lancé jeudi une nouvelle campagne de communication pour "remobiliser les français". Baptisée "onde de choc", elle considère que "les victimes ne sont pas seulement celles qui meurent sur les routes", et donne la parole à l'entourage et aux blessés.

Un accident de la route est une "onde de choc qui se propage dans le temps et auprès de tous les proches des victimes". Telle est la nouvelle campagne de communication de la Sécurité routière, lancée le jeudi 28 janvier.

"Derrière chaque victime de la route, il y a des victimes de la vie"

Selon une enquête Ifop pour la Sécurité routière, "près de la moitié des français (47%) connaissent un proche qui a déjà été touché par un accident de la route, tué ou blessé, et les conséquences sociales ou psychologiques pour l'entourage perdurent de longues années".

Depuis 1952, 680.000 personnes sont mortes en France dans un accident de la route. Et ils sont bien plus nombreux encore à en avoir souffert.

— Emmanuel Barbe, Délégué interministériel à la Sécurité routière.

Parmi les conséquences sur l'entourage, identifiées par une épidémiologiste, une santé fragilisée, des dépressions, divorces, ou encore du stress post traumatique.

On veut que les gens s'identifient à cette douleur pour ne pas la causer à leur tour

— Emmanuel Barbe

Déjà le mercredi 27 janvier, L'Observatoire national interministériel de la sécurité routière a annoncé que la mortalité sur les routes de France avait augmenté de 2,4% en 2015. Emmanuel Barbe s'est ainsi interrogé sur les nombreuses mesures engagées en 2015 : "La collectivité a pris ses responsabilités, mais est-ce qu'on peut faire quoi que ce soit si au bout du bout il n'y a pas de conscience personnelle ?".