Infos

Des bus plus écolo et rigolos bientôt dans l'agglomération perpignanaise

Par Anne-Natacha Bouillon, France Bleu Roussillon lundi 17 octobre 2016 à 4:05

Le bus électrique
Le bus électrique © Radio France - Anne-Natacha Bouillon

Pergnan-Méditerranée va acheter un mini bus électrique. L'agglomération va aussi renouveler une partie de ses autobus et va se doter de véhicules hybrides.

La CTPM (compagnie de transports Perpignan Méditerranée) va acheter un bus électrique pour les dessertes en centre ville. Un Blue bus d'une dizaine de places assises. Vous l'avez peut-être déjà emprunté puisqu'il était en expérimentation la semaine dernière notamment, à la place de la navette P'tit bus.

Et puis on améliore petit à petit le parc : l'an prochain la CTPM va acheter 16 nouveaux véhicules. Six d'entre eux seront hybrides. C'est à dire qu'il pourront rouler à l'électrique, et quand la batterie sera à plat, c'est le diesel qui prendra le relais.

Les bus seront aussi relookés : plus colorés, plus bariolés, voire ludiques. C'est la demande des usagers aujourd'hui.

Pour l'agglo, très sensible aux nouvelles énergies, c'est le moins qu'elle pouvait faire. Cela fait un an que les bus électriques sont à l'étude. Maintenant il faut passer à l'action.

"C'est pas une mode. Les bus électrique c'est la qualité de l'environnement, c'est le bruit et le confort des usagers." Daniel Mach, en charge des transports au sein de l'agglo

D'autres grandes agglomération ont sauté le pas cette année : Toulouse, Marseille, Barcelone. Il est logique que Perpignan emboîte le pas.

"Il y une vraie préoccupation environnementale dans notre profession." Anthony Fernandez, directeur de la CTPM

Perpignan peut fait figure d'exemple. Dans la région, Narbonne carbure toujours au diesel, Montpellier se met au GPL et Nîmes résiste avec ses gros bus qui puent et polluent.

La sécurité sera le maître mot dans ces bus. L'agglo a mis le paquet : elle a embauché du personnel, commandé des caméras et a durci sa politique à l'encontre des petits délinquants. Daniel Mach, vice-président de l'agglo en charge des transports, n'hésite pas à sévir :

"Il y a eu des exclusions définitives. Et sur certaines lignes, on a embauché des agents supplémentaires."

D'ici 2021, un tiers du parc sera renouvelé avec des bus hybrides. Cela représente 40 véhicules.

Partager sur :