Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des bus publics vers la Catalogne créent la controverse dans les Pyrénées-Orientales

-
Par , France Bleu Roussillon

À partir de lundi 30 novembre, trois nouvelles lignes publiques de bus transfrontalières vont faire leur apparition dans les Pyrénées-Orientales, en direction de la Catalogne. L’une d’entre elles, qui dessert en partie les magasins espagnols, suscite la colère d’élus et de professionnels.

La capacité des bus dépendra des lignes.
La capacité des bus dépendra des lignes. - Teisa

Certains y voient une grande opportunité, d’autres se désolent du moment choisi pour lancer le projet. La Generalitat de Catalunya  a décidé (dans le cadre d'un projet européen baptisté ConnECT), de mettre en place des lignes publiques de bus entre les Pyrénées-Orientales et la Catalogne

Plusieurs allers-retours par jour

Ces trois lignes viennent en compléter deux autres, qui reliaient la Cerdagne française et catalane depuis le mois de septembre: la C1 (Porté-Puigcerda-Mont Louis) et la C2 (Formiguère-Puigcerda-Err). Cette fois, c’est le Vallespir qui est desservi : 

  • la ligne C3 entre Le Boulou à Figueres (avec des connexions pour Perpignan) : cinq allers-retours par jour. Prix du ticket : six euros, sauf si vous descendez à la Jonquère, trois euros. 
  • la ligne C4 entre Saint-Laurent de Cerdans et Figueres : deux allers-retours par jour. Prix du billet jusqu’à Maçanet de Cabrenys : trois euros, six euros pour aller jusqu’à Figueres.
  • la ligne C5 entre Prats-de-Mollo et Camprodon : deux allers-retours par jour. Le ticket est à quatre euros. 

Les horaires sont disponibles sur le site de Teisa, la compagnie catalane choisie pour assurer les trajets. 

Une ligne entre Le Boulou et Figueres, avec des arrêts au Perthus et à la Jonquère

C’est surtout la ligne C3 qui suscite la controverse. L’objectif est clair : amener des clients français vers les magasins du Perthus et de la Jonquère. Des arrêts sont d’ailleurs spécialement prévus devant le centre commercial Gran Jonquera. 

Teisa assume vouloir profiter de cette clientèle. Dans un communiqué de presse, Alex Gilabert, le directeur, appuie : “Pourquoi ne pas vous rendre dans les commerces de la Jonquère en bus depuis Perpignan ou le Boulou ? Maintenant, ce sera possible”. Interrogé par France Bleu Roussillon, l’entreprise rappelle qu’il existe déjà une forte demande sur ce tracé. 

Quand on voit le nombre de voitures qui circulent...” souligne Alex Gilabert. “Il y a même des bus qui sont loués spécialement pour amener des clients à la Jonquère. Maintenant, ce sera en transports publics. Mais je crois qu’au final, cela sera aussi une opportunité pour les Catalans qui viendront côté français.” 

“Ça me paraît complètement déplacé”

On sait très bien que c’est une demande parfois nécessaire pour le travail de franchir la frontière” reconnaît Robert Bassols. Mais le président de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat dans les P-O craint que cela n’encourage trop les clients français à se rendre dans les commerces catalans plutôt que tricolores.

Ce qui me dérange, c’est pourquoi mettre ça en place maintenant ? On fait des efforts pour les circuits courts, pour inciter à consommer local… et on ouvre des lignes transfrontalières en ce moment ? Ça me paraît complètement déplacé - Robert Bassols, président de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat dans les Pyrénées-Orientales

Avis partagé par la Chambre de Commerce et d’Industrie du département, qui parle d’un “nouveau coup dur porté à l’économie des P-O (...) et cela même à la veille des fêtes de fin d’année”. 

Même sentiment pour la Mairie de Perpignan, qui via un communiqué demande à la Generalitat “de ne pas mettre en place” ces bus,dont le seul but est de porter un nouveau coup dur à notre économie locale”

Robert Bassols dit par ailleurs se réjouir que le conseil départemental ait freiné la mise en place de lignes au départ de Perpignan. 

Sur les autres lignes, la nouvelle est bien accueillie 

Les lignes C4 et C5 ne rencontrent pas la même animosité. Elles desservent des axes bien moins fréquentés, et des endroits plus isolés. “Il n’y avait aucun transport public depuis la Catalogne vers Prats de Mollo et Saint-Laurent-de-Cerdans” rappelle Alex Gilabert.

À Saint-Laurent-de-Cerdans justement, on se réjouit. “C’est une super nouvelle” sourit Marcel Coll, le premier adjoint, qui a suivi le dossier pour sa mairie. “Cela permet de désenclaver la commune, et aussi de faire connaître Saint-Laurent” relate l’élu, heureux également de l’arrivée possible de touristes catalans.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess