Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Des cars vont-ils remplacer les trains de la ligne Caen - Le Mans - Tours ?

vendredi 22 juin 2018 à 17:56 Par Thomas Larabi, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Maine et France Bleu

Le président de la région Normandie Hervé Morin l'a confirmé à une association d'usagers : il veut supprimer un des trains reliant Caen à Tours en passant par Le Mans. Il souhaite le remplacer par un car. La région Pays de la Loire s'y oppose.

Chaque jour, deux trains Intercités font l'aller-retour entre Caen et Tours, en passant par Le Mans.
Chaque jour, deux trains Intercités font l'aller-retour entre Caen et Tours, en passant par Le Mans. © Maxppp - Marc Ollivier

Le Mans, France

Chaque jour, deux trains Intercités font l'aller-retour entre Caen et Tours, en passant par Le Mans et Alençon notamment. En 2020, c'est la région Normandie qui gérera cette ligne en lieu et place de l'Etat. Et Hervé Morin l'a confirmé à une association d'usagers : il veut supprimer un de ces trains pour le remplacer par un car.

La région Pays de la Loire est contre

Une décision qui ne ravit pas la région Pays de la Loire. La présidente Christelle Morançais l'a déjà fait savoir à Hervé Morin. Même si ce trajet n'est pas rentable, la région estime qu'il est utile aux usagers, et assez fréquenté pour être maintenu.

Les TER ne sont pas concernés.

Cette ligne est stratégique"

La CGT des cheminots de la Sarthe est aussi montée au créneau. Son secrétaire général Samuel Depoix y voit un signal fort en pleine grève contre l'ouverture à la concurrence du réseau ferroviaire. 

Pour lui "cette ligne est stratégique, car elle permet de rejoindre le Sud-Ouest" sans passer par Paris. Ce recours au car serait même le premier pas vers une fermeture définitive de cette ligne, selon le syndicat.