Transports

Plus de 600 motards manifestent dans la Manche

Par Clémentine Vergnaud, France Bleu Cotentin dimanche 11 octobre 2015 à 7:00

Les motards rassemblés sur le parking de l'Arsenal avant de partir pour Saint Lô
Les motards rassemblés sur le parking de l'Arsenal avant de partir pour Saint Lô © Radio France - Cherbourg News - Michel Briegel

Plus de 600 motards ont manifesté dans la Manche ce samedi. Ils protestent contre les restrictions de circulation qui vont leur être imposées à Paris et dans certaines grandes villes.

Le centre-ville de Cherbourg et la RN13 ont raisonné de leurs moteurs pétaradants ce samedi matin. Plus de 600 motards ont manifesté dans la Manche à l'appel de la Fédération française des motards en colère. Plus de 200 motos se sont rassemblées dès 9h30 sur le parking de l'Arsenal de Cherbourg, avant de prendre la route pour Saint Lô. Sur place, d'autres groupes de motards, venus d'Avranches ou de Granville par exemple, étaient présents. Ils ont remis au directeur de cabinet de la préfète une lettre pour demander un rendez-vous avec Danièle Polvé-Montmasson.

Les motos fabriquées avant 2000 interdites

L'objet de leur colère : l'interdiction de circuler avec un deux-roues fabriqué avant l'an 2000 dans Paris. Cette mesure s'appliquera à partir du mois de juillet mais elle pourra aussi concerner d'autres grandes villes par la suite, où les pouvoirs publics pourront restreindre la circulation de certains véhicules, grâce à la loi de transition énergétique

Une mesure qui excède les motards manchois. Jean-Claude, par exemple, a 55 ans, dont 40 de moto. Il a l'impression que la législation est de plus en plus contraignante. Face aux dernières réglementations, il est consterné. "C'est quand même un peu con d'interdire des motos qui sont en bon état, qui ne polluent pas plus qu'autre chose, de circuler dans les villes. Comment je fais moi ? Je la laisse à l'extérieur et je me promène à pied ? Déjà qu'en temps normal, on fait très attention à l'endroit où on se stationne pour ne pas qu'on nous abime notre motos... Non, je ne me vois pas la laisser dans un coin et prendre un bus pour rejoindre un centre-ville", fulmine cet habitant d'Equeurdreville. Il lâche : "Y en a marre, vraiment marre."

Face à la première interdiction, celle de la capitale, les motards ont peur que le phénomène prenne de l'ampleur. Et ne devienne très contraignant quand ils partiront en vacances ou en weekend. Mais pour autant, aucun d'eux n'est prêt à abandonner sa moto pour en racheter une, plus récente. "Ca tourne autour de 7 ou 8 000 euros, explique Steevy, 20 ans. Tous les motards n'ont pas les moyens de se payer une moto à ce prix là. Je ne vendrai sûrement pas ma moto parce que le gouvernement a décidé d'une telle loi contre nous !", martèle-t-il. 

C'est quand même un plus plutôt qu'un handicap

Si la maire de Paris, Anne Hidalgo, a mis en avant la pollution pour défendre cette interdiction, les motards en colère estiment qu'elle fait fausse route. Ils sont convaincus que les deux roues ne représentent pas un problème pour la pollution mais une solution. "Un deux-roues, c'est un véhicule qui se faufile facilement dans les ville, qui accélère la fluidité du trafic. Donc c'est quand même un plus, plutôt qu'un handicap", s'insurge Thierry Marie, le représentant de la Fédération française des motards en colère dans la Manche.

Les motards en colère s'estiment victimes du retournement des pouvoirs publics sur la question du diesel. "Pendant un moment, nos industriels français ont fait la promotion de la technologie diesel et ils ont été aidés par nos gouvernants. On est arrivés à plus de 60% du parc routier en diesel. Donc ça va être très difficile pour ceux qui ont acheté du diesel en espérant avoir moins de frais. Encore une fois, on va séparer le bon grain de l'ivraie en disant : ceux qui ont les moyens de changer de véhicule vont le faire et les autres vont devoir se débrouiller. Moi par exemple je n'en ai pas les moyens", déplore Thierry Marie. 

Le reportage de Clémentine Vergnaud

Plus de 600 motards manifestent dans la Manche