Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Des contrôleurs « en civil » dans les bus et les trams de Reims

mercredi 10 avril 2019 à 18:23 Par Philippe Rey-Gorez, France Bleu Champagne-Ardenne

A Reims, Citura met en place un nouveau système de contrôles à partir de ce jeudi : des agents « en civil » seront dans les bus et les trams. Un dispositif qui entre dans le cadre de la lutte contre les fraudes, qui sont encore trop nombreuses.

Devant la gare de Reims
Devant la gare de Reims © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Reims, France

Il va y avoir des  contrôleurs "en civil" à partir de ce jeudi dans les bus et les trams de Reims. C'est à dire qu'ils seront discrets, sans leurs uniformes habituels et mélangés aux voyageurs. Ce n'est qu'au moment de contrôler qu'ils devront présenter leurs titres d'assermentation.  

La compagnie Citura, du groupe Transdev, veut ainsi lutter contre la fraude, qu'elle estime importante : d'après elle, 16,2 % des passagers sont en faute, ce qui représente environ deux millions d'euros de manque à gagner chaque année.   

Plus malins que les malins

Pour Thierry Gargadennec, responsable de la sûreté et de la lutte contre la fraude chez Citura, il faut améliorer le système de contrôles : "il nous faut être plus malin que les malins. C’est de l’adaptation. Les fraudeurs, par exemple, ne montent pas quand ils voient des contrôleurs. Ils attendent le véhicule suivant". 

Du coté des usagers, en tous cas ceux qui payent, c’est une bonne chose. "On paye pour ceux qui ne le font pas", glisse une jeune femme à un arrêt de bus. Mais d’autres sont sceptiques sur l’efficacité du dispositif : "dans une petite ville comme Reims, les contrôleurs sont connus des fraudeurs. En tenue ou en civil, ça n’y changera rien", dit cet habitué des transports en commun rémois. 

Les amendes, elles, ne changent pas : 35 euros pour un ticket non validé, 50 euros s'il n'y a pas du tout de titre de transport.