Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Des horodateurs high-tech débarquent à Montpellier

samedi 23 février 2019 à 7:55 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault et France Bleu

Des horodateurs dernière génération sont progressivement installés à Montpellier. Écran tactile, paiement sans contact, il y en aura 600 à la fin du mois de mars disséminés partout en ville.

Quand le nouvel horodateur est en service, l'ancien est bâché en attendant d'être enlevé
Quand le nouvel horodateur est en service, l'ancien est bâché en attendant d'être enlevé © Radio France - Salah Hamdaoui

Montpellier, France

Ce qui frappe, c'est l'écran tactile grand comme une feuille A4. Il suffit de se laisser guider par les indications et le tour est joué. Les nouveaux horodateurs sont de couleur marron. Sur les 500 déjà installés, la moitié est en service et il y en aura 600 au total à la fin du mois de mars aux quatre coins de Montpellier.

Fini, le ticket de stationnement

Principale nouveauté : désormais, il faut pour commencer entrer son numéro d’immatriculation. Ensuite c'est classique, on choisit la somme à payer en fonction du temps que l'on veut passer. Il est possible de régler en liquide ou par carte, avec ou sans contact, et un reçu est délivré sur demande. Le fait d'enregistrer sa plaque d'immatriculation permet de supprimer le ticket à poser sur le tableau de bord. Donc plus besoin de retourner à sa voiture après avoir payé. Mais ça ne veut pas dire que les contrôles n'existent plus. L'agent TAM-stationnement, quand il passe, est muni d'une sorte de tablette sur laquelle il entre votre numéro de plaque et il sait tout de suite si vous avez payé ou pas. Si c'est non, il y a des choses qui ne changent pas : vous serez verbalisé.

L'installation des nouvelles machines a permis de dégager de la place pour les deux roues : près de 500 pour les vélos et la moitié pour les motos.

Ni fliquer, ni verbaliser

Ces horodateurs dernière génération font partie d'un plan global sur la mobilité à Montpellier. Un plan qui sera complété dans six mois environ par une voiture que vous ne pourrez pas rater, dotée de trois caméras de chaque côté. C'est la technologie LAPI, Lecteur automatique de plaque d'immatriculation. Cette voiture va servir à mesurer le taux d'occupation des places de stationnement, les taux de rotation, les différences d'usage entre visiteurs et abonnés, pour pouvoir optimiser au mieux les places de stationnement.

A la Ville de Montpellier on insiste sur le fait qu'il s'agit seulement de données statistiques. Les noms, les numéros de plaques, rien n'est conservé. L'idée n'est "ni de fliquer ni de verbaliser".