Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Des rassemblements dans l'Allier et le Cantal contre la fermeture de guichets SNCF

vendredi 7 septembre 2018 à 13:11 Par Emmanuel Moreau, France Bleu Pays d'Auvergne

Laroquebrou, Commentry et Saint-Germain des Fossés ont un point commun: la SNCF envisage de fermer les guichets des gares de ces communes d'ici la fin de l'année. Les opposants manifestent ce samedi matin.

Un rassemblement contre une fermeture de guichet, c'était à Brassac l'année dernière
Un rassemblement contre une fermeture de guichet, c'était à Brassac l'année dernière © Radio France - Emmanuel Moreau

Auvergne, France

Il y aura du monde ce vendredi matin dans les gares en Auvergne, enfin dans des gares dont les guichets sont menacés. Les rassemblements sont prévus à 10 heures à Laroquebrou dans le Cantal et à 11 heures devant les gares de Commentry et Saint-Germain-des-Fossés. Les fermetures ne sont pas actées, il faut que la SNCF respecte la procédure légale et présente son projet de réorganisation devant les instances représentatives du personnel, mais la décision finale fait peu de doute et la date du 1er novembre est envisagée pour ces fermetures.

Les rassemblements de ce samedi sont devenus un "grand classique auvergnat". Ces derniers mois, il y en a eu au Cendre, à Ambert, à Thiers, à Royat-Chamalières ou encore à Brassac, quelques unes des dernières gares de la région à avoir perdu leur guichet. La mobilisation des habitants et des élus a parfois permis de garder un cheminot derrière le guichet. C'est le cas pour la gare Saint-Flour l'année passée mais ce n'était peut-être qu'un sursis puisqu'une fermeture serait à nouveau envisagée dans la sous-préfecture du Cantal. 

Les petites lignes en sursis

Un abandon qui passe mal en milieu rural et qui semble incompréhensible dans des villes relativement importantes comme Commentry ou Saint-Germain-des-Fossés. Certes, les grandes heures du nœud ferroviaire de Saint-Germain sont bien loin mais outre les TER, quelques trains Intercités desservent encore la gare. Selon l'association Saint-Germain En Train, qui organise le rassemblement de ce samedi, 40% des voyageurs prennent leur billet en arrivant à la gare. Elle a lancé une pétition en ligne qui a déjà recueilli plus de 1.200 signatures.

La gare de Commentry - Radio France
La gare de Commentry © Radio France - Emmanuel Moreau

Pour les opposants à la fermeture, outre le lien humain, un agent a l'avantage de ne pas vendre que des billets TER, contrairement à un distributeur automatique installé sur les quais. Il connait tous les types de réduction et peut délivrer des billets de trains pour toute la France. En hiver, un guichet ouvert, cela permet aussi aux voyageurs d'attendre son train au chaud. Et puis dans certains cas, particulièrement dans le Cantal, la fermeture des guichets risque de précéder de peu la fermeture de la ligne. Un risque très important pour Aurillac - Brive et Neussargues - Béziers, deux lignes en sursis.