Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des trains Railcoop bientôt en gare de Périgueux ? Une nouvelle compagnie veut se lancer d'ici juin 2022

-
Par , France Bleu Périgord

Dans un peu plus d'un an, en juin 2022, il pourrait y avoir des trains Railcoop en gare de Périgueux, aux côtés de ceux de la SNCF ! Cette société est en train de finaliser son projet de relancer la ligne ferroviaire Bordeaux-Lyon, abandonnée par la SNCF.

Des trains Railcoop pourraient venir se glisser au milieu des TER de la SNCF en gare de Périgueux
Des trains Railcoop pourraient venir se glisser au milieu des TER de la SNCF en gare de Périgueux © Radio France - corinne duval

C'est une vraie révolution qui nous attend dans les trains ces prochaines années : avec la fin du monopole de la SNCF sur le transport voyageur, on va voir de nouvelles compagnies arriver dans les gares. Une petite société du Lot, Railcoop, veut venir jouer sur les rails des grands... Cette coopérative profite de l'ouverture à la concurrence du marché du transport voyageurs, mais elle n'a pas pour objectif de rémunérer des actionnaires, elle dit vouloir servir les territoires. Si certains géants internationaux, comme Renfe (Espagne), Thello (Italie) ou DB (Allemagne) regardent avec envie les grandes lignes TGV, qui peuvent rapporter gros, Railcoop, elle, veut relancer une ligne délaissée par la SNCF : Bordeaux Lyon via Périgueux. "Il y a un potentiel de 690 000 passagers par an, dont un peu plus de la moitié en cabotage", détaille Nicolas Debaisieux, le directeur général de Railcoop. On parle de cabotage pour les voyageurs qui font une partie du trajet, mais pas la totalité, par exemple quelqu'un qui monterait en gare de Périgueux pour descendre à Limoges ou à Montluçon.

Encore de nombreuses étapes à franchir d'ici juin 2022

Même si elle n'a pas un objectif lucratif, dégager le maximum de bénéfices, il faut tout de même que cette société, qui veut fonctionner sans subvention publique, soit rentable. "Du point de vue du tarif, on a fait notre étude économique sur la base du prix d'un covoiturage",  poursuit Nicolas Debaisieux, qui l'évalue à 38€ pour un trajet Bordeaux Lyon. "Mais la grille tarifaire doit encore être construite avec nos sociétaires, les 7 000 membres de la coopérative."

Certains ont demandé à ce qu'il y ait des tarifs sociaux, d'autres à ce qu'il y ait des options particulières en fonction du profil des utilisateurs.

Railcoop doit encore franchir plusieurs étapes avant de faire rouler ses trains. Elle vient de réunir le capital social minimum 1,5 million d'euros) pour se lancer et déposer sa demande de licence d'entreprise ferroviaire. En parallèle, elle négocie avec la SNCF pour obtenir des espaces commerciaux dans les gares et le droit d'utiliser le réseau ferré. Il faut aussi qu'elle achète des trains et recrute du personnel. Son objectif est de faire rouler ses premiers trains en juin 2022.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess