Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Descendre du bus entre deux arrêts ? À Orléans, la nuit, c'est désormais possible

Dans la métropole d'Orléans, sur les lignes de bus du réseau TAO, il est désormais possible de descendre entre deux arrêts à partir de 21 heures. Il suffit d'en faire la demande au conducteur. Un système inspiré d'expériences menées à Amiens, Nantes ou Strasbourg.

Depuis le 25 février, il est désormais possible de descendre entre deux arrêts de bus a Orléans, la nuit.
Depuis le 25 février, il est désormais possible de descendre entre deux arrêts de bus a Orléans, la nuit. © Radio France - Cyrille Ardaud

Orléans, France

Il y a du nouveau sur les lignes du réseau TAO, les transports en commun de la métropole d'Orléans. Désormais, à partir de 21 heures, il est possible de descendre entre deux arrêts de bus.

Un besoin exprimé notamment par certaines femmes

Pour cela, il suffit d'en faire la demande au conducteur. Ce système d'arrêt "à la carte" est mis en place depuis le 25 février dernier, s'inspirant d'expériences menées à Amiens, Nantes ou Strasbourg, par exemple. Un système simple et qui correspond a un besoin exprimé notamment par les femmes seules. Objectif, diminuer leur sentiment d'insécurité le soir. Bruno Malinverno est le vice-président d'Orléans métropole en charge des transports : "Le chauffeur s'arrête sur la ligne de bus, on ne change pas l'itinéraire."

"Le chauffeur ne passe par son temps à s'arrêter. Il n'y a pas d'incidence sur la vitesse commerciale."

Il poursuit : "On a découvert que ça répondait à une demande, notamment des femmes qui se sentaient en insécurité le soir et la nuit. Il y a la possibilité de lever pour zéro euro un frein à l'usage des transports en commun. Les usagers vont se sentir plus en sécurité, puisqu'ils seront déposés proche de leur domicile. C'est assez facile à mettre en place, les demandes ne sont pas si nombreuses : le chauffeur ne passe par son temps à s'arrêter. Il n'y a pas d'incidence sur la vitesse commerciale. Les quelques secondes perdues se récupèrent très facilement à une heure ou la circulation est très fluide."

Ce système ne fonctionne en revanche que pour descendre, on ne peut donc pas monter à bord entre 2 arrêts.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu