Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Descente à la demande : le réseau s'agrandit

-
Par , France Bleu Paris

Expérimenté depuis plus d'un an en Seine-et-Marne et en Seine-Saint Denis, l'arrêt à la demande s'étend depuis ce lundi 1er juillet à une cinquantaine de lignes. Un moyen d'améliorer notamment "le sentiment de sécurité (...) des femmes qui rentrent tard le soir" explique Île-de-France Mobilités.

Trois lignes Noctilien doivent également proposer l'arrêt à la demande (N34 / N63 / N71)
Trois lignes Noctilien doivent également proposer l'arrêt à la demande (N34 / N63 / N71) © Maxppp - REMI OCHLIK

Île-de-France, France

Jusqu'à aujourd'hui, onze lignes de bus en Île-de-France proposaient un service d'arrêt à la demande. Ce dispositif nocturne, crée pour rapprocher les usagers de leur domicile, et particulièrement les femmes, était expérimenté en Seine-et-Marne et en Seine-Saint-Denis. Le test, désormais terminé, se révèle concluant. Tant et si bien qu’Île-de-France Mobilités vient de décider de le pérenniser et de l'élargir à cinquante autres lignes sur les réseaux franciliens. 

Au delà du nombre de lignes, c'est aussi le maillage du dispositif qui s'étend avec une arrivée dans les Yvelines, le Val d'Oise, le Val de Marne et l'Essonne. Depuis ce lundi 1er juillet, à partir de 22h, les usagers des transports concernés peuvent ainsi réclamer au chauffeur de s'arrêter entre deux arrêts. 

Choix de la station

France Bleu