Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Desserte maritime de la Corse : la Corsica Ferries voit rouge

-
Par , France Bleu RCFM

Alors que la Corsica Linea et La Méridionale devraient se partager les cinq lignes de la DSP maritime entre Marseille et les ports insulaires, la Corsica Ferries accuse la CdC de l'avoir écartée sans réelle raison. Son président, Pierre Mattei, envisage des actions en justice.

La Corsica Ferries et La Méridionale se partagent la DSP, la Corsica Ferries écartée
La Corsica Ferries et La Méridionale se partagent la DSP, la Corsica Ferries écartée

Pierre Mattei ne décolère pas. Le président de la Corsica Ferries estime que la compagnie aux bateaux jaunes a été injustement écartée de la délégation de service public maritime transitoire qui ira du 1er mars 2021 au 31 décembre 2022. Vingt-deux mois avant la mise en place d'une SEMOP censée ouvrir la voie à une compagnie régionale. Le dossier ne sera examiné que la semaine prochaine par l'Assemblée de Corse, mais les propositions de l'Exécutif sont déjà connues : la Corsica Linea et La Méridionale se taillent la part du lion, alors qu'une nouvelle fois la Corsica Ferries est évincée. Son offre est retoquée au motif qu'elle ne répond pas au cahier des charges, en raison notamment de l'absence d'indications concernant le nombre de cabines, argument contesté par Pierre Mattei. 

Tout cela va coûter 104 millions pour les 22 mois à venir (...) On paye le prix fort, aujourd'hui  la Corse a la desserte marchandise la plus chère d'Europe.

"Comme à chaque fois, explique-t-il sur RCFM, on nous reproche des choses qui n'existent pas. On se demandait de quelle créativité ferait preuve la Collectivité de Corse pour nous rejeter cette fois-ci, et bien on a inventé de toutes pièces cette question de cabines, alors qu'il suffit de regarder notre dossier pour voir qu'il indique bien en annexe le nombre de cabines disponibles". Le président de la Corsica Ferries enfonce le clou, et accuse la CdC : "Tout cela va coûter 104 millions pour les 22 mois à venir (...) On paye le prix fort, aujourd'hui  la Corse a la desserte marchandise la plus chère d'Europe. La seule volonté de la CdC dans cette affaire est de nous écarter, de maintenir le statu quo. Le résultat est dramatique pour les finances publiques, et pour la Corse". Pierre Mattei qui laisse planer la menace d'une action en justice : "Des recours sont prévus. En référé ou au fond, nous n'avons pas encore décidé". 

Pierre Mattei, le président de la Corsica Ferries

De son côté, l'Office des Transports de la Corse que nous avons contacté ne souhaite pas communiquer officiellement avant la session de l'Assemblée de Corse du 25 février. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess