Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Deux patients s'échappent de leur hôpital psychiatrique et perturbent le trafic des trains en gare de Bourges

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Berry, France Bleu

Ce lundi 1er janvier, un train Bourges-Nevers est parti avec 40 minutes de retard. Le fonctionnement des machines a été perturbé par l'intervention de deux patients de l'hôpital psychiatrique George Sand.

Un Intercités retardé à cause de l'intervention inopinée de deux patients de l'hôpital George Sand (photo d'illustration)
Un Intercités retardé à cause de l'intervention inopinée de deux patients de l'hôpital George Sand (photo d'illustration) © Maxppp - Quentin Salinier

Bourges, France

La cause du retard de ce train Bourges-Nevers est peu banale. Ce lundi 1er janvier, deux patients échappés de l'hôpital psychiatrique George Sand sont parvenus à s'introduire dans la locomotive qui était stationnée en gare. A l'intérieur, selon les termes d'un responsable de la police, "ils ont un peu touché à tous les boutons" au point que la machine n'a pas pu fonctionner normalement. Il a fallu l'intervention d'un mécanicien. Le train a finalement démarré avec près de trois quarts d'heure de retard

Un deuxième train perturbé

Les deux hommes n'en sont pas restés là. Ils sont aussi montés à bord d'un Bourges-Paris qui se trouvait sur un parking. Ce train-là est parti à l'heure. Les fuyards ont été ramenés dans leurs chambres par des infirmiers. La SNCF se réserve le droit de porter plainte, comme à chaque fois qu'elle est victime d'une infraction.