Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Les forces de police déployées dans les rues de Strasbourg, le 11 décembre 2018

DIRECT - Fusillade à Strasbourg : au moins deux morts, le tireur en fuite identifié

Transports

Deux-Sèvres : La modification de la circulation sur le pont d'Irleau fait grincer des dents

lundi 27 novembre 2017 à 5:00 Par Noémie Guillotin, France Bleu Poitou

Depuis ce mardi, le pont d'Irleau, entre Coulon et Le Vanneau-Irleau est interdit aux véhicules de plus de 2 mètres de large et aux plus de 3,5 tonnes. En cause : une dégradation de l'ouvrage. Mais les agriculteurs sont en colère et le font savoir.

Le pont d'Irleau, entre Coulon et le Vanneau-Irleau, date des années 1930
Le pont d'Irleau, entre Coulon et le Vanneau-Irleau, date des années 1930 © Radio France - Noémie Guillotin

Deux-Sèvres, France

Fissures, infiltrations d'eau, corrosion des aciers... Les appuis en béton du pont d'Irleau, entre Coulon et Le Vanneau-Irleau sont dégradés. L'ouvrage va faire l'objet de travaux après l'hiver mais en attendant, le conseil départemental des Deux-Sèvres a décidé d'interdire la circulation de certains véhicules depuis ce mardi. Sont concernés les plus de 3,5 tonnes et les véhicules de plus de deux mètres de large.

Si le maire du Vanneau-Irleau, Robert Gousseau, reconnaît que "ce pont a besoin de réfection", il déplore avoir été "mis devant le fait accompli" des restrictions de circulation. Et s'inquiète des conséquences. Les agriculteurs ne peuvent plus passés avec leurs tracteurs. "Tous les terrains sont faits par des agriculteurs installés de l'autre côté, donc s'ils ne peuvent plus passer, ils ne les feront plus. On va se retrouver avec un marais en jachère", craint l'élu.

Gilbert Favreau, le président du conseil départemental des Deux-Sèvres, assume la décision : "Un élu doit prendre les mesures qui s'imposent et quels que soient malheureusement les inconvénients pour les personnes concernées, j'en suis le premier désolé mais je suis obligé de le faire".

Une plainte déposée par le conseil départemental des Deux-Sèvres car des poutres

A la mise en place de l'interdiction, des agriculteurs mécontents ont déplacé les poutres en béton installées pour réduire la largeur de la chaussée. Une plainte a été déposée par le conseil départemental. "Ce n'est pas que nous souhaitons donner suite mais pour faire comprendre que la mesure qui a été prise est une mesure de sécurité", précise Gilbert Favreau. Et le président du département prévient : "s'il doit y avoir des nouveaux des obstacles au rétrécissement de la chaussée, je demanderai à mes services de condamner définitivement le passage sur le pont".

Une réunion publique est organisée le lundi 4 décembre, à 19h, à la salle des fêtes du Vanneau pour parler de cette modification de circulation. Elle promet d'être animée.