Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Contournement de Beynac

Déviation de Beynac : Germinal Peiro demande un rendez-vous au président de la République

-
Par , France Bleu Périgord

Le président du département de la Dordogne, Germinal Peiro, demande un rendez-vous à Emmanuel Macron, le président de la République. Un rendez-vous où il se rendrait accompagné des trois présidents de chambres consulaires du Périgord, et avec le soutien de près de 400 maires en poche

Les piles du pont sont déjà construites près de Beynac
Les piles du pont sont déjà construites près de Beynac © Radio France - Antoine Balandra

Beynac-et-Cazenac, France

Germinal Peiro demande un rendez-vous à Emmanuel Macron. Le président du département de la Dordogne veut être reçu à l'Elysée pour parler du contournement de Beynac.

Ce mercredi, Germinal Peiro a dévoilé une liste de 392 maires du Périgord (sur 505 communes), soit plus des 3/4 des maires de Dordogne (77%). Ils représentent plus de 81% de la population du Périgord.

Tous ont signé pour l'achèvement du contournement et pour une évolution du droit. Et cela alors que le département a été condamné par le tribunal administratif de Bordeaux à détruire les travaux déjà réalisés pour cette portion de route de 3 km 200 qui doit contourner le village.

Le département a fait appel devant la cour administrative d'appel. Et ce mercredi, Germinal Peiro a rassemblé symboliquement les représentants des trois chambres consulaires du département à l'Union des maires pour afficher une union des politiques locaux.

Les représentants des chambres consulaires réunis autour de Germinal Peiro pour soutenir le contournement de Beynac - Radio France
Les représentants des chambres consulaires réunis autour de Germinal Peiro pour soutenir le contournement de Beynac © Radio France - Antoine Balandra

Ils étaient d'ailleurs tous là autour de Germinal Peiro. Bernard Vauriac, maire de Saint Jory de Chalais et surtout président de l'Union des maires. Ou encore Christophe Fauvel, le président de la CCI.

Tous là pour dire qu'il faut terminer le contournement de Beynac. Ne serait-ce que pour faciliter le travail des artisans explique Didier Gouraud, le président de la chambre des métiers. "Moi je n'ai eu que des retours disant la déviation, il la faut. Les gens me disaient que c'était la galère chaque jour avec les problèmes de livraison etc..." dit-il.

Jean Philippe Granger, le patron de la chambre d'agriculture de la Dordogne explique quant à lui que les agriculteurs sont eux aussi confrontés pour chaque projet à des oppositions. Et il n'en peut plus dit-il.

"Une fois que vous avez tous les feux verts de l'Etat, de l'administration, la moindre petite association qui va se mettre en face peut vous reporter le projet d'un an ou deux, voire le faire capoter, ce n'est pas normal" explique l'agriculteur

Faire bouger les choses... à Paris

Fort de cette union départementale de nombreux élus et représentants, militant pour le contournement de Beynac, Germinal Peiro veut donc maintenant rencontrer Emmanuel Macron.

"Moi ce qui m'intéresse en vérité, c'est de montrer au président de la République quelles sont les difficultés des collectivités locales et dans quelle insécurité juridique on se trouve. Comment peut-on engager 20 millions d'euros de travaux, pour aller les jeter dans la rivière, ça n'a aucun sens pour les citoyens, c'est gravissime, et je pense que le président de la République nous écoutera" estime Germinal Peiro

Une tentative pour faire bouger les choses à Paris. Mais qui se heurte à un autre écueil... Le peu d'enthousiasme voire l’opposition des parlementaires La République en Marche de Dordogne. La députée du secteur, celle du Périgord noir, Jacqueline Dubois, milite par exemple contre le projet.

Le président de la SEPANSO, Michel André, opposant au projet de contournement de Beynac a lui rapidement réagi à cette initiative du président du département, et surtout aux très nombreuses signatures de soutien de maires du Périgord en faveur du projet.

"Germinal Peiro dit que la majorité des maires de Dordogne sont favorables à la continuité des travaux. Cela veut dire que la majorité des maires sont contre l'application de la décision de justice" estime-t-il.

Il s'agit d'éviter une "jurisprudence Beynac" répond en quelque sorte Bernard Vauriac, le président de l'Union des maires de Dordogne. Qui souligne la difficulté toujours plus grande qu'ont les maires à réaliser des projets d'importance.

"La difficulté c'est le risque de jurisprudence, donc de paralysie de tous les investissements publics. C'est un exemple qu'il ne faut surtout pas reproduire. Une fois qu'on a les autorisations de travaux, il ne faut pas que l'on soit sous le couperet d'une intervention qui nous casse le processus" explique l'élu.