Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports
Dossier : Contournement de Beynac

Déviation de Beynac : les tabliers du pont ont été livrés malgré l'arrêt du chantier

-
Par , France Bleu Périgord

Neuf mois après l'arrêt du chantier, le Conseil départemental a fait rapatrier en Dordogne les tabliers du pont de la déviation de Beynac, pour ne pas payer leur stockage en Italie.

Les tablies du pont sont stockés par le service des routes du Conseil départemental
Les tablies du pont sont stockés par le service des routes du Conseil départemental © Radio France - Antoine Balandra

Pour les opposants à la déviation de Beynac, c'est la preuve de la volonté du président du Département Germinal Peiro de "forcer la main" ; les tabliers du pont de la déviation de Beynac sont arrivés d'Italie le vendredi 30 septembre. Phillippe d'Eaubonne dénonce "un gaspillage de l'argent public". Pour cet opposant historique à la déviation de Beynac, le Conseil départemental aurait dû suspendre la commande et la livraison de ces tabliers dès l'arrêt du chantier ordonné le 28 décembre par le Conseil d'état. 

Les tabliers du pont ont coûté 3 millions d'euros

Germinal Peiro, qui a confirmé cette livraison en marge de l'audience de la Cour administrative d'appel mardi 1er octobre, ce stockage sur un terrain du Département permet au contraire d'éviter les frais de stockage en Italie. Ces tabliers ont coûté 3 millions d'euros, qui s'ajoutent aux 20 millions déjà dépensés sur le chantier. 

Un délai pour ne pas détruire avant le jugement définitif

Le Tribunal administratif est convoqué en appel le 26 novembre 2019, après l'annulation de l'autorisation du chantier le 9 avril. Ce mardi, le Conseil départemental a demandé un délai jusqu'au nouveau jugement sur le fond, pour ne pas détruire les travaux déjà réalisés. La Cour administrative d'appel doit accorder ce sursis, ou pas, ce jeudi 3 octobre.

Le reportage d'Harry Sagot sur cette livraison des tabliers du pont

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu