Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Contournement de Beynac

Déviation de Beynac : "Tout détruire coûterait 45 millions d'euros aux périgourdins pour rien" dit Germinal Peiro

-
Par , France Bleu Périgord

Le président du département de la Dordogne Germinal Peiro a dévoilé un chiffre concernant la déviation de Beynac ce lundi en session extraordinaire. Selon lui, si la décision de justice était finalement exécutée, tout détruire et remettre en état coûterait jusqu'à 45 millions d'euros.

Le  chantier  du contournement  de Beynac
Le chantier du contournement de Beynac © Radio France - Antoine Balandra

Beynac-et-Cazenac, France

Le département de la Dordogne déposera officiellement son appel de la décision du tribunal administratif de Bordeaux dans le dossier du contournement de Beynac d'ici au 9 juin. Soit dans quelques jours à peine..

C'est ce qu'a annoncé ce lundi Germinal Peiro, le président du département lors d'une session extraordinaire.

Un sursis à exécution demandé

Le 9 avril dernier, le tribunal administratif de Bordeaux avait annulé l'arrêté préfectoral autorisant les travaux. Et avait ordonné au département de détruire ce qui a déjà été fait.

Mais pour Germinal Peiro, c'est impensable. Le département ira donc devant la cour administrative d'appel et demandera aussi et surtout un sursis à exécution. Car tout détruire reviendrait à dépenser 36 millions d'euros hors taxe, 45 millions d'euros TTC pour rien selon les estimations du département rendues publiques ce lundi.

Germinal Peiro répète donc qu'il se battra jusqu'au bout et demande à l'Etat via la préfet de le soutenir.

"Je suis inquiet. Si on devait aller au bout d'une démarche absurde, c'est à dire démolir dans quelques années, cela aurait en fait coûté 36 millions hors taxe, 45 millions TTC aux Périgourdins pour rien. Et on n'aura pas réglé les problèmes de circulation dans Beynac, on n'aura rien réglé, et cela aura coûté très cher. Et je trouve que c'est une situation en tous points scandaleuse" dit Germinal Peiro

"Je demande à l'Etat d'être conséquent et responsable en faisant appel, je demande à l'Etat de se soutenir, puisque c'est lui qui est lui-même attaqué. le département est victime des inconséquences du droit en la matière, mais il serait incompréhensible que l'Etat ne fasse pas appel aux côtés du département" estime le président

Fin mai, deux ministres Elisabeth Borne aux transports et François de Rugy à la transition écologique ont écrit une lettre aux opposants au contournement. Lettre dévoilée ce week end où ils se disent en faveur du respect de la décision de justice, même si des "suites juridictionnelles" seraient à l'étude dans les services ministériels.