Transports

Dijon : la CGT des cheminots en campagne contre la suppression des contrôleurs dans les trains

Par Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne jeudi 27 octobre 2016 à 17:53

Jean-Christophe Gossart, responsable régional de la CGT cheminots en Bourgogne-Franche-Comté
Jean-Christophe Gossart, responsable régional de la CGT cheminots en Bourgogne-Franche-Comté © Radio France - Stéphanie Perenon

A l''occasion d'une journée d'action européenne, une distribution de tracts a eu lieu ce jeudi en gare de Dijon contre la suppression des contrôleurs dans les trains. La CGT cheminot part en campagne pour conserver ces emplois, synonymes de sécurité et de confort pour les passagers.

Non à la suppression des contrôleurs dans les trains ! C'est ce que redoute la CGT des cheminots en Bourgogne-Franche-Comté. Le syndicat a donc profité d'une journée d'action européenne le 27 octobre, pour sensibiliser les usagers à cette question avec distribution de tracts en gare de Dijon et de Dole.

Jean-Christophe Gossart, responsable CGT cheminots de la région Bourgogne-Franche-Comté

"Depuis cinq ans, un emploi disparait chaque mois dans notre région" précise Jean-Christophe Gossart. Il est le responsable de la CGT pour la région, ça signifie poursuit-il " qu'il est de plus en plus fréquent de voir un train partir sans contrôleur à son bord". Selon lui, la direction met en avant des acquisitions de matériel qui permettrait de rouler sans contrôleur. Et "pour remplacer la mission de contrôle des billets, il y a des opérations anti-fraude" mais, pour le syndicaliste " ces actions coup de poing ne remplacent en aucune manière les autres missions du contrôleur comme la sûreté, la sécurité et l'assistance aux usagers".

150 trains circulent sans contrôleur

C'est le chiffre avancé par bimestre par le syndicat, qui veut alerter les voyageurs sur ces suppressions redoutées. Sans compter les contrôleurs en moins sur des trains où ils devraient être deux. La CGT rappelle pourtant que les contrôleurs sont un maillon essentiel pour les usagers, car ils exercent des missions d'assistance, de renseignements et participe à la chaine de sécurité avec tous les cheminots concernés.

Autre inquiétude, moins de contrôleurs signifie aussi moins d’assistance pour les personnes à mobilité réduite qui voudraient prendre le train.

Reportage de Stéphanie Perenon

Partager sur :