Transports

A Dijon, les cheminots se mobilisent contre les fermetures de guichets de gare

Par Marion Bastit, France Bleu Bourgogne jeudi 31 mars 2016 à 8:47

En gare de Seurre, il n'y aura plus qu'un automate pour acheter ses billets.
En gare de Seurre, il n'y aura plus qu'un automate pour acheter ses billets. © Radio France - Marion Bastit

Ce jeudi matin, l'intersyndicale CGT-CFDT-Unsa-Sud Rail appelle à manifester devant le siège de la direction régionale de la SNCF à Dijon. Ils protestent contre la fermeture du guichet de la gare de Seurre, ainsi que la réduction des horaires de ceux d'Auxonne et de Genlis, à partir du 25 avril.

Les cheminots se mobilisent contre la fermeture des guichets de gare. Ils vont manifester à partir de 10 heures ce jeudi matin, devant la direction régionale de la SNCF, à côté de la gare de Dijon, à l'appel de l'intersyndicale des cheminots, qui regroupe la CGT, la CFDT, l'Unsa et Sud-Rail. A Dijon, la boutique SNCF de la Toison d'or doit baisser le rideau dès ce vendredi. Le 25 avril, c'est le guichet de la gare de Seurre qui doit fermer ses portes. Les syndicats, les élus locaux et les habitants avaient d'ailleurs manifesté leur opposition le 19 mars dernier. A Auxonne et Genlis, ce sont les horaires d'ouverture des guichets qui seront réduits à partir du 25 avril.

"On réduit les horaires, l'activité baisse, et on ferme le guichet" D. Michaudet

Mais c'est pour mieux les fermer par la suite, dénonce David Michaudet, de la CGT cheminots. « On s'aperçoit, au fil du temps, que la stratégie de la SNCF est bien rodée, notamment concernant les guichets TER, explique-t-il. Dans un premier temps, on réduit les heures d'ouverture des guichets. On laisse passer un an ou un an et demi, et dans un deuxième temps, on utilise le fait que le chiffre d'affaires a forcément baissé, que le nombre d'opérations a été considérablement réduit du fait de ces réductions d'horaires, pour fermer définitivement ces guichets. »

De l'argent, mais pas pour les guichets

« Puis on contacte les élus territoriaux, et on leur propose un service de vente uniquement TER, au détriment du TGV et des autres services. Soit on le déploie dans les offices de tourisme, à la charge des communautés de communes, soit chez les commerçants. » Selon l'intersyndicale, les horaires du guichet de Beaune seront aussi réduits cette année, sans date précise pour le moment. En tout, neuf postes de vendeurs SNCF doivent être supprimés cette année en Côte-d'Or. Pour la SNCF, il s'agit de faire des économies car les caisses sont vides. Mais Jean-Christophe Gossart, secrétaire régional de la CGT cheminots, n'y croit pas une seconde.

"Nos guichets sont à mille lieues des préoccupations de la SNCF" J.-C. Gossart

« C'est ce qu'on nous rétorque, et pourtant, la SNCF a reversé 62 millions d'euros de dividendes à l'Etat en 2015, dénonce-t-il. Et pourtant, la SNCF a investi 28 millions dans OuiCar, une société de location de voitures particulières. Et pourtant, la SNCF a recapitalisé OuiBus, son service de bus, toujours déficitaire, à hauteur de 100 millions d'euros. C'est de l'argent du service public de la SNCF qui finance cette concurrence au détriment de l'emploi des cheminots. Et pourtant, la SNCF vient d'acquérir une société de logistique aux États-Unis pour 717 millions d'euros. Je vous pose la question : combien de guichets, de contrôleurs, d'emplois pour un service public avec cet argent ? Je vous laisse faire le calcul. On a l'impression que Seurre, Genlis, Auxonne, c'est à mille lieues des préoccupations de nos dirigeants. »