Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Dijon modernise son parc d’horodateurs : le paiement par carte enfin possible

mercredi 4 avril 2018 à 19:42 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

Vous les avez peut-être remarqués à Dijon. De nouveaux horodateurs sont en train de pousser sur les trottoirs. Pour l'instant, une dizaine sont en service. La grande nouveauté, c'est qu'on peut payer autrement qu'avec des pièces.

Les nouveaux horodateurs dijonnais acceptent les cartes bancaires, mais il faut y enregistrer sans faute son numéro d'immatriculation.
Les nouveaux horodateurs dijonnais acceptent les cartes bancaires, mais il faut y enregistrer sans faute son numéro d'immatriculation. © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

Une vingtaine sont en place, mais une dizaine seulement sont entrés en service pour l’instant, dans le secteur du boulevard de la Trémouille. Les nouveaux horodateurs dijonnais sont noirs, surmontés d’un panneau photovoltaïque qui assure leur autonomie énergétique. Quelques détails sautent aux yeux : un large écran digital avec en-dessous un clavier, et un terminal de paiement par carte bancaire, avec en prime un dispositif sans contact. C’est la grande nouveauté, et Dijon rattrape son retard en matière de mode de paiement, comme le souligne Cédric Dumanoir, directeur sûreté stationnement chez Divia, la société chargée des mobilités dans la métropole dijonnaise : « c’est vrai que le seul moyen de paiement en espèces, c’était très contraignant. Vous n’avez pas toujours de la monnaie sur vous, et même de moins en moins. Les horodateurs en place avaient une vingtaine d’années. Proposer le paiement par carte, c’était vraiment une attente forte des usagers ».

Le numéro d'immatriculation, sésame indispensable

Rue du Temple, l’un de ces appareils flambant neufs attend les automobilistes. Un retraité s’approche, avant de faire demi-tour en maugréant "j'ai oublié mon numéro de plaque". En effet, pour utiliser le nouveau système, il faut au préalable pianoter sur le clavier afin d’enregistrer le numéro d’immatriculation de votre véhicule. Un sésame indispensable. Le ticket imprimé n’est même plus nécessaire derrière le pare-brise. C’est ce numéro qui justifie que vous avez bien payé votre stationnement. Gare donc à la faute de frappe, vous risquez de vous retrouver avec un PV, désormais rebaptisé « forfait post-stationnement », et dont vous pourrez d'ailleurs vous acquitter sur ces mêmes bornes.

Cette nouveauté présente un inconvénient pour l’usager : il n’est plus possible de revenir mettre des pièces pour obtenir un nouveau ticket, si le temps maximal de stationnement autorisé est dépassé. « Comme on est limité dans la durée, je ne trouve pas ça pratique », bougonne une automobiliste. Dans le cas d’un stationnement de longue durée, il vaut donc mieux se rendre au parking souterrain le plus proche.

Deux applications au choix

Outre le paiement par carte bancaire, on peut toujours glisser quelques pièces de monnaie dans l’appareil, et aussi recourir à une application sur smartphone, PayByPhone, et bientôt Woosh ! Avec un petit plus, puisque si vous constatez que votre rendez-vous dure plus longtemps que prévu, vous pouvez prolonger votre temps de stationnement à distance, mais attention, toujours dans la limite de la durée maximale.

Pour les utilisateurs un peu perdus, un petit guide sera distribué prochainement par les agents chargés de contrôler le stationnement. D'ici la fin du mois, tous les 300 nouveaux horodateurs auront été installés.