Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Contournement de Beynac

Dordogne : la justice annule l'arrêté autorisant les travaux de la déviation de Beynac

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Périgord

C'est un nouveau coup de théâtre qui va sans doute fortement agiter le département de la Dordogne. La justice administrative vient d'annuler ce mardi l'arrêté autorisant les travaux de la déviation de Beynac.

Une quinzaine de militants ont bloqué l'accès au chantier de Beynac ce lundi matin.
Une quinzaine de militants ont bloqué l'accès au chantier de Beynac ce lundi matin. © Radio France - Willy Moreau

Beynac-et-Cazenac, France

Grosse surprise ce mardi matin. Le tribunal administratif de Bordeaux vient d'annuler l'arrêté autorisant les travaux de la déviation de Beynac. Automatiquement, les travaux restent donc à l'arrêt, eux qui étaient suspendus depuis un arrêt du conseil d'Etat du 28 décembre 2018.

La décision complète est publiée par le tribunal administratif de Bordeaux, sur son site. Cette décision est en tout cas une surprise car la rapporteure public avait sévèrement critiqué les arguments des opposants il y a deux semaines lors de l'audience marathon de cinq heures. Elle avait plaidé pour que l'arrêté de travaux ne soit pas annulé. Et l'avis du rapporteur public est très souvent suivi.

En première instance, le tribunal administratif avait d'ailleurs rejeté le recours des opposants, estimant que le chantier pouvait continuer. Même décision de la Cour administrative d'appel. Avant que le conseil d'Etat ne se prononce différemment. Ce qui veut dire que le tribunal administratif donne un jugement opposé à sa première décision, à quelques mois d'intervalle.

"Une grande victoire" pour la Sepanso

Mais pour les opposants au contournement, c'est "une grande victoire" dit Michel André, le président de la Sepanso, qui milite depuis le début contre ce projet routier de 3,2 kilomètres.

"Le projet est mort et enterré" — Michel André

L'Etat et le département vont en outre devoir payer 1.200 euros solidairement aux associations d'opposants au projet dont la Sepanso et Sauvons la vallée de la Dordogne. Germinal Peiro, le président du conseil départemental devrait s'exprimer dans la journée. Via un communiqué, il a déjà laissé entendre que le département allait faire appel.