Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Dordogne : la mobilisation des syndicats de cheminots continue

dimanche 8 avril 2018 à 12:13 Par Paul Barcelonne, France Bleu Périgord

Les syndicats de cheminots étaient réunis en assemblée générale ce dimanche matin, sur le parvis de Périgueux. Ils ont voté (79 pour, 1 contre) la poursuite du mouvement de grève. Preuve, selon eux, que la mobilisation ne faiblit pas.

Les syndicats de cheminots ont voté la poursuite du mouvement ce dimanche matin en gare de Périgueux
Les syndicats de cheminots ont voté la poursuite du mouvement ce dimanche matin en gare de Périgueux © Radio France - Paul BARCELONNE

Périgueux, France

L'image est choisie : sur le parvis de la gare de Périgueux, les syndicats de cheminots s'affichent, tout sourire, ensemble. Unis. Solidaires. Leur mobilisation continue. 80 votants ce dimanche matin, 79 pour, 1 contre. Ce dimanche et ce lundi, ils entament donc le round 2 de leur grève perlée. Le mouvement doit les mener jusqu'au 28 juin. "On se bat pour nos salaires à l'instant T, mais surtout pour nos gamins, pour sortir de cette société individualiste" expose Jérôme Jean, délégué CGT cheminots. Les cheminots concèdent quelques sacrifices. "Le jeu en vaut la chandelle" reprend Jérôme Jean. Dans les rangs, certains en sont déjà à 3 - 4 jours de grève. Mais ils sont prêts à continuer. "Ne rien lâcher pour gagner" dit Jérôme Jean, au micro en fin d'assemblée générale. 

"On mangera des pâtes [...], le jeu en vaut la chandelle" - Julien Bournique (Sud-Rail)

"Oui, cette grève, c'est un budget, mais on sait pourquoi" raconte la déléguée UNSA ferroviaire de Périgueux. "On mangera des pâtes, le budget vacances en prend un coup, mais tant pis" enchaîne Julien Bournique, de Sud Rail "Moi, ce n'est pas le coup de la grève qui m'intéresse, mais la mobilisation". Si des cagnottes, pour venir en aide aux cheminots grévistes, s'ouvrent sur les réseaux sociaux, les syndicats de cheminots disent maintenant être face à leur plus grand défi : "le gouvernement a entamé le conflit, le bras de fer" reprend Jérôme Jean, de la CGT "Mais il faut expliquer, expliquer aux usagers, sur les marchés, partout... et aller convaincre les collègues quand on reprend le travail".