Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Dordogne : le ras-le-bol des parents de jeunes internes "entassés" dans les TER

-
Par , France Bleu Périgord

"Tous les dimanches soirs, nos enfants sont entassés dans les trains pour rentrer à l'internat !", s'énerve le père d'une jeune fille en internat à Bordeaux. De nombreux parents interpellent la SNCF et la région Nouvelle-Aquitaine : il n'y pas assez de wagons sur les quais.

"Tous les dimanches soirs, nos enfants sont entassés dans les trains pour rentrer à l'internat !" (illustration)
"Tous les dimanches soirs, nos enfants sont entassés dans les trains pour rentrer à l'internat !" (illustration) © Radio France - Thomas Coignac

Dordogne, France

Les parents de jeunes inscrits en internat interpellent la région Nouvelle-Aquitaine et la SNCF. Selon eux, le nombre de wagons mis en service à la fin du week-end pour que leurs enfants retournent dans les établissements scolaires n'est pas suffisant. Ce dimanche, certains parents ont même du emmener leurs enfants en voiture : il n'y avait qu'un seul wagon entre Périgueux et Bordeaux, contre trois habituellement. 

Jean-Pierre Jouanel est en colère contre la SNCF. Cet habitant de Saint-Léon-sur-Vézère en a ras-le-bol de voir sa fille prendre le train dans de mauvaises conditions chaque dimanche. Celle-ci doit rejoindre son internat à Bordeaux avant qu'il ne ferme ses portes à 21 heures. Seulement ce dimanche 29 septembre, il n'y avait qu'un seul wagon pour acheminer les nombreux étudiants. Il a donc été obligé d'emmener sa fille en voiture à Bordeaux. Résultat : des dépenses supplémentaires (trajet en voiture et chambre d'hôtel à cause du retard des trains). 

Même quand il y a d'avantage de wagons, à l'arrivée sur Bordeaux, les  jeunes sont entassés. Le transport n'est pas assuré dans de bonnes conditions" - Jean-Pierre Jouanel, père d'une jeune périgourdine interne à Bordeaux

La situation est récurrente selon de nombreux parents qui interpellent France Bleu Périgord. Ils envoient également leurs plaintes à la SNCF et à la Région Nouvelle-Aquitaine. Mais cette dernière n'est pas compétente sur la question. Le vice-président, Renaud Lagrave, délégué aux infrastructures et aux transports, explique même "recevoir parfois des photos des étudiants entassés dans les trains". Il assure que la Région a récemment mis en place un système de comptage dans les nouveaux TER, "ce qui va occasionner quelques mises au point, pour ne pas dire plus, avec la SNCF sur les lignes surchargées". La SNCF n'a pas donné suite à nos sollicitations. 

Choix de la station

France Bleu