Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Dordogne : les jeunes agriculteurs appellent à rejoindre les "gilets jaunes" à partir de vendredi

jeudi 22 novembre 2018 à 8:10 - Mis à jour le jeudi 22 novembre 2018 à 17:58 Par Benjamin Fontaine et Antoine Denéchère, France Bleu Périgord

Invité de France Bleu Périgord, le président des "Jeunes agriculteurs" de Dordogne invite ses camarades à rejoindre les barrages installés dans le département dès vendredi matin, avec leurs tracteurs.

Un barrage à Bergerac cette semaine.
Un barrage à Bergerac cette semaine. © Radio France - Noémie Philippot

Dordogne, France

C'est un soutien qui pourrait faire la différence. Ce jeudi 22 novembre, invité de France Bleu Périgord, le président du syndicat des "Jeunes agriculteurs" de Dordogne Pierre-Henri Chanquoi appelle ses collègues à rejoindre le mouvement des "gilets jaunes". "On ne peut plus supporter, nous non plus, cette hausse des charges, (...) on est tout à fait d'accord avec les gilets jaunes !"

Pierre-Henri Chanquoi invite les agriculteurs à se rassembler avec leurs tracteurs dès vendredi matin à 9 heures sur quatre barrages "au rond-point Jardiland à Marsac-sur-l'Isle, au rond-point de Creysse [près de Bergerac], et à Thiviers sur la nationale 21 et à La Bachellerie près du péage". Ce sont des renforts de poids pour les manifestants dont la mobilisation a tendance à faiblir au fil des jours. Mercredi, selon le ministère de l'Intérieur il n'était plus que 7.000 sur les routes du pays. Bien loin des 280.000 recensés samedi dernier.

Des tracteurs sur quatre barrages en Dordogne dès vendredi matin

Le patron des Jeunes agriculteurs de Dordogne a passé les consignes à ses "troupes" : "cette mobilisation ne doit en aucun cas donner lieu à des débordements" ("pas de benne de fumier, ni lisier ni autres dépôts d'ordures"). Pierre-Henri Chanquoi lance un message au gouvernement : "nous aussi on en a ras-le-bol, on est une des professions qui a le taux de suicides le plus important, on a des revenus très faibles, on n'en peut plus de toutes ces charges". Et Pierre-Henri Chanquoi ajoute : "on peut être les piliers forts d'un plan énergie durable, en baissant les taxes sur le carburant, et en favorisant les biocarburants à base de colza".

Pas de blocages, mais des filtrages

Le patron du syndicat des "Jeunes agriculteurs" précise que "les barrages doivent rester filtrants", sans blocage complet de la circulation. "Les services de secours, ambulances et transporteurs d'animaux doivent pouvoir passer en priorité".  Avant les agriculteurs, ce mercredi, le syndicat des taxis de Dordogne avait également invité les chauffeurs à rejoindre les barrages autour de Périgueux pour dénoncer la pression fiscale.