Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Contournement de Beynac

Dordogne : les piles de pont de la déviation de Beynac vont-elles être détruites ?

-
Par , France Bleu Périgord

Les piles de pont de la déviation de Beynac en Dordogne vont-elles être détruites ? Ce mardi, la cour administrative d'appel de Bordeaux va se pencher sur la demande du département de ne pas détruire les travaux déjà réalisés sur le contournement

Le projet de contournement routier prévoit la création d'une route de 3,2 kilomètres
Le projet de contournement routier prévoit la création d'une route de 3,2 kilomètres © Radio France - Charlotte Jousserand

Les pro et les anti contournement de Beynac ont rendez-vous ce mardi devant la cour administrative d'appel à Bordeaux.

Elle doit se prononcer sur une demande du département déposée début juin et qui voudrait ne pas détruire les travaux déjà réalisés. Car le tribunal administratif de Bordeaux a cassé l'arrêté préfectoral qui autorisait le chantier le 9 avril dernier.

Mais il a surtout ordonné la destruction de tout ce qui avait déjà été fait. Alors début juin, le conseil départemental a demandé un sursis. Pour ne pas avoir à tout détruire.

Germinal Peiro le président du département estime en effet que tout casser coûterait 45 millions d'euros au total au contribuable périgourdin. De l'argent gaspillé, impensable pour lui. Il espère donc que la cour administrative d'appel tout à l'heure lâchera un peu de lest en n'obligeant pas à détruire les travaux réalisés. 

Une étape dans un dossier qui va encore durer

Les opposants espèrent au contraire que les juges maintiendront la pression sur le département en le forçant à casser les travaux déjà réalisés.

Pour le département justement, l'enjeu, c'est d'obtenir un délai en attendant le jugement sur le fond, c'est à dire l'audience qui dira si oui ou non les travaux peuvent reprendre. Ce devrait être d'ici la fin de l'année.

Quoi qu'il arrive, cette audience de demain n'est qu'une étape dans le long feuilleton autour de la déviation de Beynac.

Sachant que quelle que soit la décision ce mardi, il y aura toujours la possibilité d'un recours devant le conseil d'Etat. Bref, la saga judiciaire autour du contournement est donc loin d'être terminée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu