Transports

Dordogne : les usagers des TER n'en peuvent plus des retards

Par Antoine Balandra, France Bleu Gironde, France Bleu Limousin et France Bleu Périgord mardi 7 février 2017 à 18:12

Jean François Martinet de Périgord Rail Plus et Christian Broucaret de la FNAUT à la gare de Périgueux
Jean François Martinet de Périgord Rail Plus et Christian Broucaret de la FNAUT à la gare de Périgueux © Radio France - Antoine Balandra

L'association Périgord Rail Plus, qui compte plus de 120 adhérents tire la sonnette d'alarme. Il faut dire que depuis plusieurs mois, les TER sont de plus en plus souvent en retard. Les usagers ne comptent plus les trains supprimés. Et ils craignent l'abandon progressif de certaines lignes

L'assocation Périgord Rail Plus tire le signal d'alarme. Elle s'inquiète pour l'avenir des lignes TER de notre département. Et plus particulièrement pour l'avenir des lignes Périgueux/ Agen, Périgueux/ Limoges et Bergerac Sarlat.

Elle dénonce le manque d'entretien. Et bien sûr les retards et suppressions de trains à répétition.

Car si la SNCF explique dans ses statistiques que 91% des TER de Nouvelle Aquitaine sont à l'heure, ce n'est pas exactement ce que disent les statistiques de l'association Périgord Rail Plus.

Prenons par exemple le train numéro 865 485 au départ de Périgueux et à destination de Mussidan. Entre le 2 et le 7 janvier, moins d'une rame sur deux est arrivée à l'heure. Et encore, "à l'heure" pour la SNCF cela veut dire que le train arrive avec moins de 6 minutes de retard.

L'association Périgord Rail Plus dénonce un service catastrophique pour les usagers. Mais surtout, elle s'inquiète pour l'avenir de plusieurs lignes en Dordogne. Périgueux/ Agen, où le train roule en moyenne à 80km/h sur une voie en très mauvais état. Et surtout le tronçon Bergerac Sarlat où le TER avance à 50 km/h de moyenne. Souvent doublé par de simples mobylettes...

Des horaires incompréhensibles, des lignes qui se dégradent

Globalement, Périgord Rail Plus explique que les horaires ne sont pas du tout adaptés aux lycéens, aux gens qui pourraient utiliser le train pour aller travailler et faire vivre les lignes. Les retards feraient donc de plus en plus fuir les usagers potentiels. Il faut dire aussi qu'en 15 ans, le temps de trajet en TER pour aller à Bordeaux depuis Périgueux a augmenté de 20 minutes. Pas sûr que les régions aient les moyens de rénover toutes ces lignes considérées comme secondaires...Secondaires, mais parfois essentielles pour la survie des petites communes situées aux alentours.

"Parfois tout un bassin d'emploi, toute la vie d'une commune ou d'un canton qui dépend du passage du TER" rappelle Jean-François Martinet, président de Périgord Rail Plus.

"Que deviendraient les communes de Thenon, ou encore Belvès en Périgord si le train n'y passait plus?" souligne-t-il. Car le train, c'est la mobilité, la possibilité d'aller travailler loin poursuit-il.

Selon le président de la FNAUT en Nouvelle Aquitaine, "le thème des transports est quasiment absents des débats politiques avant la présidentielle, et c'est très dommageable".

L'association Périgord Rail Plus et la FNAUT, la fédération national des usagers des transports demandent donc, à quelques mois de l"échéance présidentielle, que comme pour les TGV et les Corails, les voyageurs des TER puissent être indemnisés en cas de retards répétés...

Christian Broucaret de la FNAUT Nouvelle Aquitaine voudrait des dédommagements pour les usagers des TER en retard