Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le + info de France Bleu Bourgogne

Jusqu'à 350 euros d'aide pour ceux qui voudraient acheter un vélo électrique en Côte d'Or

-
Par , France Bleu Bourgogne

C'est officiel, à partir de jeudi 15 avril, tous les Côté-d'Oriens qui voudraient acheter un vélo électrique pourront bénéficier d'une subvention de 250 euros, de la part du département ! Cette aide est destinée aux travailleurs, pour leur trajet de la maison au travail.

Des vélos électriques, dans une boutiques à Dijon.
Des vélos électriques, dans une boutiques à Dijon. © Radio France - Nourhane Mahmoudi

Bonne nouvelle pour les "vélotaffeurs" ! Pour celles et ceux qui sont tentés par l'achat d'un vélo à assistance électrique (VTC), pour le trajet maison/travail, le conseil départemental prévoit une aide financière de 250 euros, et ce dès le 15 avril prochain. Le bonus peut même monter jusqu'à 100 euros supplémentaires, si le vélo acheté est assemblé ou produit en Côte-d'Or. 

Une aubaine pour les dijonnais

Dans le magasin de vélo Proxy Cycles, dans le centre ville de Dijon, on accueille cette nouvelle avec beaucoup de satisfaction. "L'année a été difficile, et elle continue de l'être. Cette aide peut encourager les dijonnais à acheter un vélo électrique et donc à être plus écolo aussi" déclare Timothée Vinsu, gérant. "Pour nous c'est super, mais aussi pour les acheteurs, qui n'ont pas forcément le budget pour un vélo électrique" poursuit-il. 

Le budget, peut en effet être le cœur du problème. "Un vélo entrée de gamme, c'est pas moins de 2000 euros" nous informe Khaled Bouleghoun, gérant du magasin HB21, à Dijon. Pour lui, cette initiative peut alléger la charge pour les acheteurs intéressés. "C'est toujours très bien, une aide financière, et là en plus, c'est pour la mobilité douce" conclut-il.

Du côté des dijonnais, on prend aussi cette nouvelle avec satisfaction. Elodie, 32 ans, habite et travaille à Dijon. "Avec les beaux jours, je commençais sérieusement à me demander si j'allais m'acheter un vélo, et là avec cette aide, ça me convainc bien !" confie-t-elle.

Quelques points faibles

Mais cette initiative ne fait pas forcément l'unanimité. L'entreprise Lapierre, qui fabrique et assemble des vélos en Côte d'Or, souligne que le bonus de 100 euros, pour l'achat d'un vélo électrique n'est pas forcément bénéfique. Thierry Cornec est à la tête de l'entreprise : "Nous en haut de gamme, on fabrique des vélos route, des VTT, mais ce ne sont pas forcément des vélos qui sont faits pour le vélotaf" souligne-t-il un peu sceptique. 

Pour lui, cette initiative aurait même dû aller encore plus loin. "La prochaine étape, ça pourrait être de mettre autour de la table des fabricants de Côte-d'Or qui pourraient en fabriquer, et les revendeurs aussi, qui sont en contact direct avec les clients" explique-t-il. "Le but, serait que les offres soient les plus intéressantes possibles" conclut-il. 

Khaled Bouleghoun, lui, souligne l'exclusivité de cette aide fianncière. "Moi, ma clientèle est composée à 95% de préretraités et de retraités. Alors forcément, quand on me dit que cette offre est destinée uniquement à ceux qui travaillent, pour le trajet maison/travail, ça m'énerve un peu" confie-t-il. 

Et puis, pour les plus sceptiques, il y a Coralie, 24 ans. Cette dijonnaise estime que l'aide financière, bien que bienvenue, lui paraît un peu faible. "C'est sûr que c'est mieux que rien ! 250, ou 350 euros, c'est une grosse somme. Mais quand on voit que les vélos électriques les moins chers sont à 2 000 euros, moi ça ne me convainc pas. Je continuerai à prendre le tramway pour aller au travail" conclut-elle. 

En plus de cette aide, le conseil départemental promet une extension des pistes cyclables existantes, et également de nouvelles pistes. D'ici un an et demi, 400 kilomètres de réseau seront construits dans tout le département. 700 000 euros sont d'ores et déjà débloqués pour les travaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess