Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Du câble aux véhicules autonomes, les 40 ans du STRMTG à Saint-Martin-d'Hères

-
Par , France Bleu Isère

Le "Service technique des remontées mécaniques et des transports guidés" (STRMTG) inaugurait ce jeudi ses nouveaux locaux, toujours sur le campus de Saint-Martin-d'Hères.

Photo d'illustration de remontées mécaniques à l’arrêt malgré l'importante couche de neige
Photo d'illustration de remontées mécaniques à l’arrêt malgré l'importante couche de neige © Radio France - Véronique Saviuc

Le STRMTG, c'est un peu le gendarme des remontées mécaniques, mais pas seulement. La sécurité des transports par câble il est vrai est au cœur de ses missions, et ce depuis sa création en 1981. À l'époque, il fallait d'ailleurs s'arrêter à STR pour "Service technique des remontées mécaniques" (STRMT). 

Aujourd'hui le service suit 3.575 installations, des remontées mécaniques et tapis roulants, principalement dans les stations de ski. Le STRMTG délivre les autorisations d'exploitation des nouveaux appareils et contrôle les anciens. Mais il intervient aussi dans l'élaboration des normes et la certification industrielle, outil essentiel dans l'exportation du savoir-faire français. "Nous vivons la même histoire, explique Jean Souchal, président du directeur du fabricant de remontées POMA. On a grandi ensemble avec les exploitants, les bureaux d'études qui les accompagnent pour devenir la première, ou une des deux ou trois premières nations dans le monde spécialiste de la remontée mécanique, de l'aménagement de la montagne et du ski."   

L'inauguration des nouveaux locaux du STRMTG à Saint-Martin-d'Hères ce jeudi 16 septembre 2021
L'inauguration des nouveaux locaux du STRMTG à Saint-Martin-d'Hères ce jeudi 16 septembre 2021 © Radio France - Lionel Cariou

Accidentologie très faible  

Un moyen de transport très sûr, souligne Daniel Pfeiffer, le directeur du STRMTG : "on a une trentaine de blessé graves par pour 500 à 600 millions de passagers, des accidents liés en général à la maladresse des usagers". Le dernier mort remonte à 2013 dit-il. Une accidentologie bien inférieure à celle d'autres modes de transport comme le métro ou le tramway, pourtant considérés comme sûrs. Car les tram et métros aussi sont du ressort du STRM depuis qu'on a ajouté au sigle originel les lettres "T" et "G" pour "transports guidés" en 2001. 81 réseaux de tramway, et 30 de métro entrent ainsi dans son périmètre, avec aussi les trains touristiques.   

Navettes autonomes et intelligence artificielle  

"Au départ on était très axés sur la mécanique, les problèmes techniques, note Daniel Pfeiffer, et de plus en plus on regarde aussi les aspects organisationnels, la gestion des compétences, parce qu'on sait que beaucoup d'accidents sont liés à un facteur humain - qui n'est pas forcément la seule cause mais qui en général est une circonstance aggravante. Donc une bonne organisation avec des gens compétents améliore sensiblement la sécurité." Autre évolution : l'adaptation aux innovations en matière de transport. "Les nouveaux défis se sont les navettes automatisées avec un gros sujet autour de l'intelligence artificielle",  souligne le directeur du STRMTG.   

Les investissements se maintiennent dans les stations 

Au-delà de ces compétences, le Service technique des remontées mécaniques et des transports guidés compile aussi les données du secteur. Comme ils délivrent les autorisations, ses agents ont une connaissance fine du parc et des investissements réalisés. 

Ainsi en 2021 il y a eu 132 millions d'euros d'investissement (hors-taxe) dans les remontées mécaniques en montagne, soit le même niveau qu'en 2019, avant la crise du Covid. Les investissements ont même atteint 258 millions en 2021 si l'on ajoute deux grands projets de téléphériques urbains à Toulouse et Saint-Denis de la Réunion. Dans les stations on recense cette année 32 nouvelles installations : un téléphérique, six télécabines débrayables, huit télésièges (dont sept débrayables), un funiculaire (pour compléter le nouveau "Eau d'Olle Express", l'ascenseur valléen à Oz-en-Oisans), cinq téléskis, et onze tapis.

STRMTG
STRMTG © Radio France - Lionel Cariou
Choix de la station

À venir dansDanssecondess