Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Élargissement de l'autoroute A10 au Nord d'Orléans : c'est parti !

vendredi 9 novembre 2018 à 18:08 Par François Guéroult, France Bleu Orléans

Le coup d'envoi de l'élargissement de l'A10 a été officiellement donné, avec la pose symbolique de la première pierre. Vinci autoroutes va créer une quatrième voie dans chaque sens de circulation sur 16 km au Nord d'Orléans. C'est parti pour un chantier colossal qui va durer 7 ans.

La cérémonie de la pose de la première pierre a eu lieu ce vendredi midi, mais les travaux débutent réellement lundi 12 novembre
La cérémonie de la pose de la première pierre a eu lieu ce vendredi midi, mais les travaux débutent réellement lundi 12 novembre © Radio France - François Guéroult

Orléans, France

C'est un chantier d'une durée de 7 ans qui commence au Nord d'Orléans : l'élargissement de l'autoroute A10. Pose de la première pierre symbolique ce vendredi, début des travaux lundi prochain, une quatrième voie va être créée dans chaque sens de circulation sur la portion comprise entre l'échangeur avec l'A19 et l'échangeur avec l'A71. Cela fait 16 kilomètres, de Sougy à la Chapelle St Mesmin. Pour une fin des travaux prévue, donc, en 2025.

Faire sauter le bouchon d'Orléans

L'objectif principal c'est de faire sauter le bouchon d'Orléans qui revient à chaque grand départ en vacances ou gros week-end. "Tous les usagers ont constaté qu'il y avait régulièrement des problèmes de fluidité sur cette partie-là, détaille Marc Bouron, le directeur général adjoint de Vinci autoroutes. Nous avons 60 000 véhicules par jour en moyenne sur l'année, mais l'été et le dimanche soir cela monte à 100 000 véhicules, on voit bien la difficulté de circuler sur cette section. Il était urgent de démarrer ces gros travaux qui vont permettre de rajouter une voie de circulation mais aussi de revoir complètement la bifurcation A10/A71 qui n'est pas pratique aujourd'hui. Donc oui, les fameux bouchons d'Orléans devraient être supprimés à l'issue de cette opération."

Si ces travaux avaient lieu en coupant la circulation, ils seraient bouclés en 24 mois : ce n'est évidemment pas possible, et cela explique la durée exceptionnelle de ce chantier - 7 ans ! "7 ans, cela peut paraître long mais ce qu'il faut comprendre, c'est que cette autoroute n'était pas prévue pour passer à 2 fois 4 voies, souligne Marc Bouron. Il faut casser tous les ouvrages et les reconstruire ; de plus, la refonte de la bifurcation sur une autoroute en circulation est très complexe." S'y ajoute un dernier défi : permettre un meilleur écoulement de la Retrève, la rivière souterraine de Gidy, pour éviter de revivre le cauchemar des inondations de juin 2016 : 300 véhicules coincés sur l'autoroute envahie par les eaux pendant 10 jours, 500 automobilistes évacués dans des camions de l'armée.... "Cet épisode reste gravé dans toutes les mémoires, acquiesce Marc Bouron. Nous avons travaillé pour améliorer le projet sur cet aspect-là : on va faire un passage souterrain sous l'autoroute, qu'on va renforcer par des talus le long de l'autoroute, pour empêcher l'inondation de l'A10 telle qu'on l'a connue en 2016."

Ce chantier mobilisera 250 personnes chaque année pendant 7 ans, jusqu'en 2025. - Radio France
Ce chantier mobilisera 250 personnes chaque année pendant 7 ans, jusqu'en 2025. © Radio France - François Guéroult

222 millions d'investissement

Il y aura bien sûr plusieurs phases dans ce chantier. Et sur chaque tronçon en travaux, on circulera à vitesse réduite sur 2 voies en semaine, et sur 3 voies le week-end en utilisant exceptionnellement la bande d'arrêt d'urgence, qui sera spécialement aménagée. Tout cela nécessitera une coordination parfaite, d'autant que ces travaux mobiliseront chaque année 250 personnes, pendant 7 ans. "Nous avons prévu le phasage pour limiter la gêne aux usagers, assure Marc Bouron, notamment par des travaux de nuit dans les phases critiques, et quand il y aura beaucoup de trafic on maintiendra les 3 voies de la circulation. Il faut combiner à la fois la sécurité de l'usager, celle de notre personnel et celle des personnes qui travailleront sur le chantier, c'est une préoccupation permanente." Interview à écouter ici :

Interview de Marc Bouron, directeur général adjoint Vinci autoroutes

Au total, Vinci investit 222 millions d'euros dans ce projet ; en compensation sa concession est prolongée de 2 ans et demi, jusqu'en 2034 selon le plan de relance autoroutier signé par l'Etat le 9 avril 2015.