Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales en Auvergne-Rhône-Alpes : les associations d'usagers attendent les candidats sur les TER

-
Par , France Bleu Isère

C'est l'un des enjeux des prochaines élections régionales : les trains régionaux. Leur financement et leur organisation relèvent des compétences du conseil régional. France Bleu Isère a demandé leurs attentes aux associations d'usagers des TER et liste les propositions des candidats.

Image d'illustration
Image d'illustration © Radio France - Stéphane Milhomme

200.000 personnes se déplacent tous les jours avec les TER dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Leur fonctionnement et leur organisation dépend du conseil régional, qui y consacre tous les ans 1,3 milliards d'euros. À l'approche des élections régionales les 20 et 27 juin, France Bleu Isère fait le point sur les attentes des habitués de ces trains dans le département et sur les propositions des candidats. 

Si tous les prétendants au siège de président de la Région défendent un développement du transport ferroviaire, la méthode diffère ou n'est pas encore très précise. À gauche, pour les communistes et la France insoumise, Cécile Cuckierman propose la gratuité des transports. Côté socialiste, Najat Vallaud-Belkacem envisage une tarification sociale

Une qualité de service "très mauvaise" sur certaines lignes

Pour les associations d'usagers, le tarif n'est pas si problématique dans les déplacements quotidiens, notamment grâce aux abonnements. Le problème réside davantage dans "la qualité de service très mauvaise sur la ligne" entre Lyon, Saint-André-le-Gaz, Grenoble ou Chambéry estime Patrice Belvègue, co-président de l'association dauphinoise des usagers du train. "Elle a une ponctualité très faible, moins de 80%. En semaine pour un pendulaire qui prend dix fois le train, il a deux fois des retards" de 15 - 20 minutes à une heure, "tout le monde n'a pas la possibilité d'arriver quand il veut au travail !"

Le candidat de la République en Marche Bruno Bonnell milite pour des transports plus efficaces sans toutefois donner des pistes plus concrètes pour l'instant. Les Républicains, la majorité sortante envisage quant à elle des travaux de grande envergure."Favoriser notamment la ligne Grenoble-Lyon avec le projet de RER métropolitain avec tous les arrêts qui vont mailler tout ça, ce sont de grands projets d'avenir" souligne Yannick Neuder, tête de liste pour Laurent Wauquiez en Isère, "et un engagement important de la Région sur son champs de compétences."

Plusieurs candidats défendent les "petites lignes"

Le candidat isérois de la majorité sortante l'assure : tout ça doit se faire sans abandonner les petites lignes. Ces lignes et ces gares oubliées, le Rassemblement National avec Andréa Kotarac en fait le cœur de sa politique sur les TER. Ça ressort aussi de la position des écologistes. Pour Myriam-Laïdouni Denis, cheffe de file des Verts en Isère pour les régionales, il faut rouvrir les gares. "Ça peut devenir des lieux de vie, ça peut être des projets structurants pour un territoire" estime la candidate en citant la gare de l'Isle D'Abeau qui "n'est plus qu'n arrêt. Monsieur Wauquiez aime beaucoup parler de sécurité. Parlons-en ! Une gare où il y a du monde, des services publics, c'est un lieu qui devient sécurisé par la présence humaine et qui rend un service aux gens du territoire."

"Pour le prochain exécutif, il faut essayer de prendre un peu de hauteur et d'envisager le transport d'une manière absolument globale" - Yves Gimbert

Europe Ecologie les Verts mise aussi sur l'intermodalité, le fait par exemple de pouvoir venir à la gare à vélo. Là-dessus, il y a beaucoup de travail selon Yves Gimbert, président de l'association des usagers de la ligne Grenoble Valence. "Pour le prochain exécutif, il faut essayer de prendre un peu de hauteur et d'envisager le transport d'une manière absolument globale. Par exemple, on est en train d'avoir un certain engouement pour les vélos. Clairement dans les rames actuelles, si vous regardez le nombre de places par rapport au nombre de vélos, ce n'est pas suffisant." Sur le même principe, il milite pour qu'il y ait davantage de places de parking aux abords des gares et demande que la Région finance une partie de ces aménagements. 

Yves Gimbert estime qu'il faut même aller jusqu'à penser à tout ce qui facilite la vie dans le train avant de penser aux horaires et aux grands travaux, travailler sur "le temps ressenti" du trajet. Il défend ainsi l'arrivée du Wifi dans les TER pour pouvoir travailler. L'association dauphinoise des usagers du train quant à elle met en avant le besoin d'aménagements pour faciliter l'accès aux personnes à mobilité réduite. Autant de sujets sur lesquels les association aimeraient voir une Région force de proposition.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess