Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

En Bourgogne-Franche-Comté, la fréquentation des TER repart à la hausse

jeudi 4 octobre 2018 à 18:06 Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne

Après trois années de baisse, la fréquentation des TER en Bourgogne-Franche-Comté est repartie fortement à la hausse entre septembre 2017 et mars 2018. Conséquence de la forte baisse des tarifs voulue par la Région.

Photo d'illustration. En hausse entre Dijon et Paris, Dijon et Chalon-sur-Saône, la fréquentation des TER stagne entre Dijon et Beaune
Photo d'illustration. En hausse entre Dijon et Paris, Dijon et Chalon-sur-Saône, la fréquentation des TER stagne entre Dijon et Beaune © Radio France - Jacky Page

Dijon, France

Les trains régionaux connaissent un regain d'intérêt en Bourgogne-Franche-Comté. Leur fréquentation au premier trimestre 2018 a connu une progression près de 12 fois supérieure à la moyenne nationale.

Les voyageurs semblent avoir été séduits par les nouveaux tarifs revus à la baisse il y a un an. La région Bourgogne-Franche-Comté faisait alors le pari, unique en France, de baisser sensiblement les tarifs sur ses 17 lignes de trains TER. 

Par exemple, 5 euros pour un trajet plein tarif jusqu'à 35 km. 35 euros pour plus de 200 km. Des prix qui peuvent bénéficier de 30 à 60% de réduction avec la carte accessible aux clients de 26 ans et plus (elle coûte 20 euros), au point que la ligne Dijon / Paris Bercy a triplé le nombre de ses voyageurs et concurrencé le TGV.

Les voyageurs de moins de 26 ans en hausse de 45%

Michel Neugnot, vice-président du conseil régional, en charge des transports, note d’ailleurs qu’entre Dijon et Paris, la SNCF a été amenée à pratiquer des prix d’appel sur des TGV, à 14 euros. 

Michel Neugnot constate par ailleurs une hausse de plus de 45% des voyageurs de moins de 26 ans, attirés par des tarifs qui concurrencent les cars "Macron" et les offres de voitures partagées. Il faut dire que les moins de 26 ans bénéficient d’un demi-tarif sur simple justificatif de leur âge. Les groupes, à partir de 9 personnes, ont bondi de 86% entre septembre 2017 et mars 2018. Ils ont droit à un rabais de 75%.

Fréquentation inégale selon les gares

Michel Neugnot a pris son bâton de pèlerin pour aller prêcher dans cinq communes dont les gares ne donnent pas le résultat escompté. Ainsi, si le nombre de trajets a fortement augmenté entre Dijon et Chalon-sur-Saône, il a stagné entre Dijon et Beaune. Les capacités de stationnement des voitures aux abords des gares, la possibilité de disposer de bus pour aller de la gare aux zones d’activités où travaillent les usagers, jouent beaucoup dans la fréquentation des TER.

La fraude coûte plusieurs millions d'euros

La Région avait demandé dans sa convention avec la SNCF que les trains arrivent à l’heure. « Pour le mois de septembre, on est entre 92, 5 et 93% de régularité, en progression par rapport à la même période de 2017 », annonce Éric Cinotti, directeur régional de SNCF Mobilités. 

Si la fréquentation augmente, les recettes restent à la traîne, ce qui n’étonne pas la Région, qui avait prévu 1,2 millions d'euros de pertes. Plutôt que de perte, Michel Neugnot préfère d’ailleurs parler « d’investissement » pour inciter les usagers à préférer le train à la voiture. 

1,2 millions d'euros, c'est une paille par rapport à ce que coûte la fraude, rappelle Eric Cinotti : « c’est plusieurs millions d’euros chaque année de manque à gagner pour le TER Bourgogne-Franche-Comté ». D’où l’utilité des opérations coup-de-poing menées parfois dans les gares, et des équipes mobiles de contrôleurs déployées à bord des trains.

Les TER en Bourgogne-Franche-Comté, ce sont 510 trains chaque jour, sur 17 lignes qui desservent 200 gares, avec 60.000 voyageurs quotidiens.