Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports
Dossier : Transports, circulation : les principaux points noirs en France

En Creuse, la gare de la Souterraine remplace ses agents par la technologie

-
Par , France Bleu Creuse

France Bleu dévoile sa carte de France des points noirs de la mobilité. On se penche ce jeudi sur la gare de la Souterraine. En mars, elle perdra six de ses dix agents. Les voyageurs et les salariés creusois s’inquiètent pour l'avenir de ce lieu central du département.

La Gare de la Souterraine va perdre six de ses dix agents au mois de mars
La Gare de la Souterraine va perdre six de ses dix agents au mois de mars © Radio France - Nina VALETTE

La Souterraine, France

France Bleu propose ce jeudi une journée consacrée à la mobilité et aux difficultés du quotidien. Avec ses 160 000 voyageurs en 2017, la gare de la Souterraine est la porte d’entrée de la Creuse. En mars, la SNCF va automatiser l'aiguillage de ses trains dans la gare creusoise. L’effectif actuel n’est donc plus nécessaire. La CGT Cheminots s’inquiète du sort de certains voyageurs. 

Plus d’aide pour les personnes en difficulté

Dans une gare, il y a les agents de quai et les agents de comptoir. Les premiers dirigent les trains, sifflent les départs et les arrivées et aident les personnes en difficulté à monter dans les wagons. Les agents de comptoir vendent des billets de train et accueillent les voyageurs.

En gare de la Souterraine, la SNCF va supprimer les postes d’agents de quai. C’est justement le poste qu’occupe Géraldine Toti. Elle s’inquiète de plus en plus de l’avenir de certains passagers : "Nous avons un habitué, un malvoyant. Pour travailler, il prend le train pour Limoges. Résultat, deux fois par jour, il faut l’aider à monter ou descendre. Comment il va faire ?" s’interroge cette membre de la CGT Cheminots.

Un cas loin d’être isolé. Brigitte voyage régulièrement avec son compagnon handicapé. Il est impossible pour lui de monter les marches des trains. "Quand il veut voyager, les agents font venir une plateforme pour l’aider à monter. Il va faire comment sans aide ?" s'inquiète cette habitante de Bonnat.

D’après Géraldine Toti, il existe une solution qu’elle juge inefficace : _"_L’agent de comptoir va devoir fermer l’accueil, et laisser les clients _pour aider une personne en difficulté__. Tout ça pendant le départ du train, là où les gens veulent vite acheter leurs tickets."_explique la jeune femme. 

Une gare à l’abandon

Dans le bar d’en face, Patrice voit le nombre de ses clients diminuer au rythme des lignes supprimées. " J’ai vu ma clientèle baisser. Il y a peut être d'autres raisons. Mais on voit de moins en moins de monde. " explique le propriétaire de l’établissement.

Pourtant dans la gare, il y a encore quelques voyageurs. Notamment en début d’après-midi, pour le train à destination de Paris. Mais pour le train de 14h29 les passagers doivent obligatoirement acheter le billet sur internet. Une situation qui "enquiquine" pas mal Jeanne, une retraitée : "Je n’ai pas internet. Alors pour voyager, je dois attendre que mes enfants s’occupent des réservations".

Les voyageurs peuvent se rabattre sur le train suivant à 15h38 disponible en gare. En revanche le prix n'est pas le même. Le billet passe de 24 euros à 51 euros. 

→ Transports, circulation : découvrez la carte France Bleu des principaux points noirs en France.

Choix de la station

France Bleu