Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes

Notre-Dame-des-Landes : le projet d'aéroport abandonné

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Loire Océan, France Bleu
Notre-Dame-des-Landes, France

Edouard Philippe a annoncé ce mercredi l'abandon "définitif" du projet de transfert de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Il propose de moderniser l'aéroport de Nantes-Atlantique, et demande aux Zadistes d'évacuer les lieux. Les agriculteurs expulsés pourront retrouver leurs terres.

La joie des opposants à l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes
La joie des opposants à l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes © Maxppp -

C'est Philippe Grosvalet, le président du syndicat mixte aéroportuaire qui en a fait l'annonce, coupant l'herbe sous le pied du Premier ministre : le projet de transfert de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes est abandonné. Edouard Philippe a expliqué sa décision un peu plus tard, sur le perron de l'Elysée. Une décision qui met fin à 50 ans d'un projet controversé. 

Retrouvez le fil de la journée ci-dessous

18h00 - Depuis le début de l'après-midi, les opposants au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes exultent. Nantes révoltée, une communauté ultra-gauche très active sur Facebook, appelle à fêter l'abandon du projet ce mercredi soir à Nantes. 

17h10 - L'ancien Premier ministre et ancien maire de Nantes Jean-Marc Ayrault a réservé sa première réaction audiovisuelle à France Bleu Loire Océan. Ferveur défenseur du projet de transfert de l'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, il dénonce un "mauvais coup pour Nantes" et estime que c'est "la victoire des Zadistes".

16h33 - Le Premier ministre Edouard Philippe reviendra sur sa décision ce mercredi soir à 20h dans le journal de TF1. 

16h26 - A Notre-Dame-des-Landes, Zadistes et opposants au projet d'aéroport sont ravis depuis l'annonce de l'abandon. 

15h38 - Sur les réseaux sociaux, deux extraits vidéos tournent en boucle. Dans le premier, on y voit le candidat Emmanuel Macron, invité de l'Emission politique en avril 2017, face à Bruno Retailleau, qui déclare : "il y a eu un vote, et mon souhait, c'est de le respecter." Dans le second, on y voit le Premier ministre Edouard Philippe, en octobre dernier, où il disait, à propos de cet aéroport, "il faut y aller". 

15h20 - L'ancien maire de Nantes et Premier ministre socialiste Jean-Marc Ayrault, grand défenseur du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, a réagi sur Twitter. Il "regrette" la décision du gouvernement, qu'il qualifie de "déni de démocratie" et "une faille dans le développement du Grand Ouest". Jean-Marc Ayrault "prend date". 

15h08 - Christelle Morançais, la présidente des Pays de la Loire, ressent "colère et indignation". Pour la Républicaine, qui s'exprimait sur France Bleu Loire Océan, cette décision est "indigne" car elle balaie "179 décisions de justice favorables au projet" et une "consultation en Loire-Atlantique". L'élue estime que "le président de la République revient sur sa parole". Elle ressent aussi de la "colère", puisque cette décision "sacrifie les Pays de la Loire" et est un "coup de poignard au développement économique" de la région. Pour Christelle Morançais, "le gouvernement vient de céder à des minorités ultra-violentes". 

14h58 - Le Premier ministre Edouard Philippe a aussi précisé que les Zadistes, ceux qui occupent illégalement la zone d'aménagement différée, devront quitter ces terres avant le 31 mars. 

© Visactu -

14h40 - Pour Philippe de Villiers, ancien président du conseil départemental de la Vendée, "cette décision me réjouit le coeur". Il salue aussi sur France Bleu Loire Océan un homme "courageux" en la personne d'Edouard Philippe. 

14h12 - La maire de Nantes, Johanna Rolland, parle de "trahison". Et aujourd'hui, "les questions restent entières". 

14h10 - Pour Françoise Verchère, sur France Bleu Loire Océan, opposante historique au projet, c'est un "immense soulagement. Il n'y aura pas de destruction de bocage. Tout ce que nous disions de puis des années était la vérité. Nous n'avions pas été écouté et aujourd'hui, c'est avec beaucoup d'émotion que j'ai écouté la déclaration d'Edouard Philippe. J'espère que toutes les leçons en seront tirées, et notamment sur les procédures de débat public."

13h52 - Sur France Bleu Loire Océan, François de Rugy, le président de l'Assemblée nationale, salue une "sage décision d'Edouard Philippe". Il a aussi été sans ambiguïté sur l'évacuation de la Zad. "Il y a des éléments extrêmement radicaux et même violents. (...) Ces personnes-là vont partir et si elles ne le font pas, la force publique s'en chargera". Ceux qui veulent rester pour développer des projets alternatifs et utopistes pourront le faire, précise François de Rugy, à condition de "s'intégrer dans un processus légal avec les agriculteurs et les propriétaires historiques". 

13h40 - Olivier Besancenot, du nouveau parti anticapitaliste, se réjouit de l'abandon du projet et s'oppose déjà à l'évacuation de la ZAD, en détournant le hashtag #balancetonporc. 

13h34 - Le Premier ministre prend la parole, qui évoque une décision "difficile" dans ce dossier dont "le débat aurait dû être clos depuis longtemps". "Pour opérer ce choix", "j'ai rencontré plus d'une centaine d'élus", "lu le rapport rédigé par trois experts", "je me suis rendu sur place". "Les conditions ne sont pas réunies pour mener à bien le projet à Notre-Dame-des-Landes".

A la place, le Premier ministre promet de "moderniser" l'aérogare de Nantes Atlantique et "d'aménager les abords de pistes pour permettre à l'aéroport d'accueillir plus de passagers". Dans le même temps, "une procédure pour l'allongement de la piste sera engagée". Edouard Philippe promet aussi "de mettre en place des liaisons rapides avec les hubs long courrier internationaux".

Une "très mauvaise nouvelle"

13h18 - La présidente de la région Pays de la Loire, favorable au projet, estime aujourd'hui que "la parole de l'Etat est discréditée", et demande au président de la République une "rencontre urgente afin de définir un contrat d'avenir pour notre région". 

13h17 - Pour la maire de Nantes, Johanna Rolland, cet abandon du projet "trahit" le "Grand Ouest" et est un "déni de démocratie". "Un défi" pour Nantes, dont la ville se "relèvera".

13h15 - Pour le sénateur Républicain Bruno Retailleau, défenseur du projet de transfert, cette décision signe la "grande victoire des zadistes". 

13h09 - C'est le président du conseil départemental de Loire-Atlantique et président du syndicat aéroportuaire du Grand Ouest qui l'annonce, avant le Premier ministre : le gouvernement et le président de la République ont décidé d'abandonner le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Sur Twitter, Philippe Grosvalet est amer. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess