Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

En gare d'Écommoy, la traversée piétonne sera déplacée pour éviter d'autres morts

lundi 24 septembre 2018 à 18:48 Par Alexandre Chassignon, France Bleu Maine

Après trois accidents mortels en 10 ans, la traversée des piétons en gare d'Écommoy va être déplacée. Dans environ 18 mois, le nouvel emplacement offrira une meilleure visibilité à la majorité des usagers.

Le passage sera décalé de quelques dizaines de mètres.
Le passage sera décalé de quelques dizaines de mètres. © Radio France - AC

Écommoy, France

Il n'y aura ni souterrain ni passerelle mais un déplacement du passage sur les voies. C'est la réponse de la SNCF aux demandes de la mairie d'Écommoy sur la sécurité des traversées en gare. 

Le danger est avéré : en une dizaine d'années, trois personnes sont mortes en traversant ces voies ferrées. Le dernier accident s'est produit en février 2018.

La sécurité serait améliorée"

Environ 220 personnes prennent le train chaque jour à Écommoy. La grande majorité (85%) vont au Mans et c'est au retour que la configuration est dangereuse. Ils doivent passer derrière le train dont ils viennent de descendre, ce qui les empêche de voir si un autre train arrive en sens inverse.

"Ces "trains croiseurs" passent vont jusqu'à 140 km/h, leur klaxon n'est pas forcément entendu et le signal lumineux ne suffit pas, il faut vraiment modifier la traversée piétonne", insiste le maire Sébastien Gouhier. Le calendrier prévoit la réalisation de ces travaux "sous 18 mois à deux ans". "La sécurité serait améliorée, pas assurée à 100%", prévient l'élu.

De nombreuses imprudences

Après déplacement de quelques dizaines de mètres, la traversée se fera à l'avant du train, ce qui dégagera la vue sur la voie d'en face. La construction d'un souterrain ou d'une passerelle aurait été à la charge de la commune ; dans ce cas la SNCF prend ces travaux en charge..

Un agent de la SNCF est présent en gare deux jours par semaine et déplore de nombreuses imprudences, malgré les accidents mortels.