Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

En gare de Limoges, la galère des voyageurs en temps de confinement

-
Par , France Bleu Limousin

Malgré le confinement et l'interdiction des déplacements entre les régions, certains n'ont pas le choix de prendre le train, pour des raisons professionnelles notamment. La SNCF a réduit drastiquement son offre, et les trajets sont parfois compliqués au départ de Limoges.

Un peu moins de 6 TER sur 10 circulent pendant ce troisième confinement en Nouvelle Aquitaine.
Un peu moins de 6 TER sur 10 circulent pendant ce troisième confinement en Nouvelle Aquitaine. © Radio France - Benjamin Recouvreur

Nathalie pensait pouvoir rejoindre Bordeaux en deux heures, comme d'habitude, pour se rendre à un rendez-vous professionnel. Avec le nouveau plan de transport, son trajet sera au moins deux fois plus long. "Tous les trains directs ont été supprimés !", constate-t-elle, agacée. "Il y en a un tôt le matin, un autre le soir, mais ça ne collait pas avec mes horaires. Je vais mettre plus de quatre heures, je passe par Périgueux, avec une heure de correspondance."

J'aurais pu faire l'aller-retour dans la journée, mais finalement je vais devoir passer une nuit à Bordeaux, ça génère des frais et puis je prends plus de risques d'un point de vue sanitaire, je ne comprends pas la logique ! - Nathalie

Comme Nathalie, ils sont nombreux à devoir changer leur organisation pour leurs trajets. Pour rentrer chez lui à Pau, Fabien va devoir y passer la journée. "Je voulais prendre un train le matin, mais le premier était à midi donc je vais d'abord attendre deux heures dans la gare. En tout ça va me prendre 7h30", explique-t-il. 

Depuis le début du confinement, la moitié des Intercités seulement circulent en moyenne. Pour les TER en Nouvelle Aquitaine, ça tourne autour de 60% de circulation, avec de grosses différences entre les gares. 

Des surprises de dernière minute

Hormis les trains supprimés en dernière minute, certains usagers ont aussi eu la surprise de voir leur réservation modifiée. "J'avais pris un billet en première classe, et hier on me dit que ma voiture est supprimée ! Je me suis retrouvé en seconde, sans prise pour pouvoir travailler, franchement quand on paie son billet 95 euros...", peste Olivier, architecte qui vient de Paris tous les quinze jours pour des raisons professionnelles. 

Certains usagers sont même poussés à la fraude ! C'est le cas d'Hector qui a pris un train pourtant complet. "J'ai eu un rendez-vous professionnel calé en dernière minute, le train que je voulais prendre était supprimé puis le suivant était complet... Je n'ai pas eu le choix, je suis monté dedans en prenant un billet pour la semaine prochaine mais le contrôleur a été sympa avec moi !", raconte-t-il. Il a voyagé sur un petit strapontin, c'est parfois le prix à payer pour arriver à bon port en temps de confinement. 

ECOUTEZ - Le reportage de France Bleu Limousin en gare de Limoges

Choix de la station

À venir dansDanssecondess