Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

En Haute-Vienne, les particuliers peinent à se mettre à la voiture électrique

lundi 4 décembre 2017 à 19:16 Par Jérôme Edant, France Bleu Limousin

Le marché des véhicules électriques progresse chaque année mais reste marginal en Haute-Vienne. Selon les derniers chiffres d'Enedis, un peu plus de 600 véhicules électriques ou hybrides sont en circulation dans le département, mais ce sont essentiellement des véhicules d'entreprises.

Seul 1/3 des véhicules électriques est détenu par des particuliers en Haute-Vienne
Seul 1/3 des véhicules électriques est détenu par des particuliers en Haute-Vienne © Maxppp - Marc Ollivier

Haute-Vienne, France

En Haute-Vienne, le marché de la voiture électrique ou hybride est, certes, en progression d'année en année mais il reste une niche. On compte un peu plus d'une centaine d'immatriculations tous les ans et, actuellement, un peu plus de 600 véhicules sont en circulation selon les données d'Enedis, l'entreprise gestionnaire du réseau public d'électricité. Et les derniers chiffres le montrent : les entreprises sont le moteur de ce marché. Les véhicules professionnels représentent les 2/3 du parc automobile électrique dans le département.

La flotte de véhicules de La Poste en constitue la plus grosse partie et, de plus en plus, les collectivités s'équipent en électrique car ce mode de transport correspond parfaitement à leurs besoins : trajets plutôt courts et répétés. Pour certaines entreprises, c'est à la fois une question d'économies et de philosophie.

Avec un véhicule thermique ou diesel, il faut compter plus de 12 euros pour faire 100 km, alors qu'avec un véhicule électrique, cela représente seulement 2 euros " - Alfred Brou, directeur de TransVertCity

C'est le cas, par exemple, de la petite société de transport TransVertCity à Limoges, qui utilise deux voitures électriques pour ses livraisons à Limoges et dans l'agglo. Son directeur, Alfred Brou, explique : "avec un véhicule thermique ou diesel, il faut compter plus de 12 euros pour faire 100 km, alors qu'avec un véhicule électrique, cela représente seulement 2 euros. Chaque mois, on économise en énergie, et donc en émissions de carbone, l'équivalent de 2 ans de chauffage au gaz pour un logement de 3 pièces." Le compte est donc vite fait... Et d'ajouter : "l'idée, c'est aussi de réduire l'impact négatif du transport en centre-ville : bruit, gêne et pollution".

Avec des tournées organisées et une conduite adaptée, l'entreprise ne recharge ses véhicules que le soir après 120 kilomètres.