Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

En Indre-et-Loire, la prime à la conversion dope l'activité de certaines casses auto

mercredi 9 janvier 2019 à 6:25 Par Annabelle Wanecque, France Bleu Touraine

Les casses auto ont vécu une année bien chargée en 2018, et ça devrait encore continuer en 2019 ! En cause, la nouvelle prime à la conversion entrée en vigueur au 1er janvier de cette année.

En 2018, l'entreprise Caréco à Chambray a pris en charge plus du double de véhicules en fin de vie qu'en 2017
En 2018, l'entreprise Caréco à Chambray a pris en charge plus du double de véhicules en fin de vie qu'en 2017 © Radio France - Annabelle Wanecque

Indre-et-Loire, France

La prime à la conversion est mise en place depuis le 1er janvier 2018, ces aides financières au remplacement d'un véhicule polluant par un propre se voient d'ailleurs augmentées depuis le 1er janvier de cette année. Les ménages imposables peuvent ainsi bénéficier d'une prime de 1000 euros, les ménages non imposables de 2500 euros, pour l’achat d’un véhicule neuf ou d’occasion.  

Myriam par exemple a saisi la balle au bond. "Je souhaitais changer de voiture car elle était très vieille, elle avait une décote énorme, elle valait plus rien, j'ai pris la décision de la mettre à la casse pour bénéficier de la prime à la conversion. _Ca a accéléré ma démarche_". Sans cette prime en effet, Myriam assure qu'elle aurait attendu un an de plus. Elle a ainsi payé sa nouvelle voiture 7500 euros, puis près de 4 mois plus tard, elle a reçu 2000 euros de prime. 

Un impact non négligeable sur les grandes casses auto

Une prime qui a eu en tout cas un sacré impact sur l'activité du recycleur automobile Caréco à Chambray les Tours. Près de 650 véhicules en fin de vie y ont été pris en charge en 2017, plus de 1400 en 2018, soit plus du double ! Le co-gérant Morgan Gerberon a d'ailleurs vu arriver des véhicules qu'il n'avait pas l'habitude de prendre en charge auparavant. "On a rentré une petite Twingo, pas d'impact de carrosserie, 80 000 km, essence. Concrètement c'est un véhicule qui va être recyclé alors qu'il avait encore un peu de vie devant lui. Ce sont des véhicules qui pourraient servir à des gens qui ont besoin d'un petit véhicule pas trop cher pour pouvoir se déplacer, aller à la fac, au travail, et qui vont pourtant partir à la pièce"

Avec une crainte pour lui, que certaines marques ne disparaissent totalement, qu'il n'y ait donc plus de débouchés pour les pièces correspondantes. On gagne plus d'argent dit-il, en revendant une pièce en magasin qu'en revendant de la matière, cuivre ou alu, au poids.

Et preuve du succès de la prime à la conversion, en 2018 en France, il y a eu environ 300 000 demandes pour en bénéficier. Sur les près de 250 000 déjà acceptées, seules 202 000 ont été payées par l'Etat. Ca représente une dépense de 500 millions d'euros pour l'année écoulée, le ministre de la transition écologique table sur 600 millions d'euros cette année.