Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

En Seine-et-Marne, près de 500 km de routes vont repasser à 90 km/h d'ici mars

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Après la Haute-Marne, la Seine-et-Marne est le deuxième département français à décider de faire repasser certaines routes départementales à 90 km/h, au lieu des 80 km/h imposés en 2018 par le gouvernement.

En Seine-et-Marne, près de 500 km de routes vont repasser à 90 km/h d'ici mars
En Seine-et-Marne, près de 500 km de routes vont repasser à 90 km/h d'ici mars © Maxppp - HERVE KIELWASSER

Seine-et-Marne, France

Le président du conseil départemental de Seine-et-Marne ne l'a jamais caché, Patrick Septiers est contre l'abaissement de la vitesse de circulation à 80 km/h, en vigueur depuis 2018 et une décision gouvernementale pour réduire la mortalité routière. Presque deux ans plus tard, l'élu UDI profite de l'assouplissement du gouvernement, qui permet à chaque département de ré-augmenter la vitesse sur certaines routes. C'est le deuxième département français à faire ce choix, quelques jours après la Haute-Marne.

Près de 500 km de routes concernées dans un premier temps

Le département de Seine-et-Marne dit avoir mené une "étude", qui prend en compte "l'accidentologie, le type de trafic, les vitesses constatées, la configuration de la chaussée, l'environnement". Cela a permis d'identifier "490 km" de routes qui "pourront repasser à 90 km/h dès la fin du mois de mars en toute sécurité", assure Patrick Septiers à l'AFP.

L'élu va devoir suivre une procédure spécifique : la collectivité va saisir la commission départementale de sécurité routière et la préfecture. Elles émettront un avis consultatif. Puis le département prendra des arrêtés "route par route". L'opération va coûter 500.000 euros minimum.

Et près de 300 km en plus dans un second temps

Mais c'est compter sans les travaux qui devront éventuellement être faits pour permettre à d'autres routes de repasser à 90 km/h. Et en effet, le département précise qu'il a aussi identifié près de 300 km de routes de plus dont la vitesse pourrait augmenter, à condition de faire des "aménagements préalables et/ou des études complémentaires" pour assurer la sécurité des automobilistes.

Cela "pénalisera" moins les habitants, selon le département

Le président du département affirme que l'abaissement de la vitesse à 80 km/h "pénalisait les usagers de la route, en particulier les Seine-et-Marnais qui ne bénéficient pas d'un réseau de transports publics denses". Selon cette logique, repasser à 90 km/h les pénalisera donc moins.

Si le gouvernement accepte que des départements reviennent sur les 80 km/h, le Premier ministre Edouard Philippe les a néanmoins prévenus : "ce sont des décisions qui sont lourdes et qu'il faut assumer en conscience". A ses yeux, l'abaissement de la vitesse est lié à la baisse "historique" des chiffres de la mortalité routière en 2018.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu