Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

En voiture avec un taxi : "Regardez, à 80km/h, on nous double encore"

lundi 2 juillet 2018 à 4:52 Par Victor Vasseur, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu

Attention, ça va flasher ! Terminé les petites routes à 90 km/h, il faut rouler, à présent, à 80 km/h quand il n'y a pas de séparateur central. La mesure très contestée est en vigueur depuis le 1er juillet. Nous avons roulé à 80 km/h avec un taxi ambulance sur les routes ardéchoises.

Depuis le 1er juillet, si on dépasse les 80 km/h, c'est l'amende !
Depuis le 1er juillet, si on dépasse les 80 km/h, c'est l'amende ! © Radio France - Victor Vasseur

Ardèche, France

Dans son taxi, Florian a les yeux rivés sur son compteur. "80, pas plus" prévient-il. Ce patron d’une entreprise de taxi ambulance qui compte une dizaine de salariés est l’un des premiers concernés par la nouvelle limitation de vitesse. 

Florian, le patron de Taxi Ambulance Bénéfice, est contre cette limitation. - Radio France
Florian, le patron de Taxi Ambulance Bénéfice, est contre cette limitation. © Radio France - Victor Vasseur

Sur les routes de la vallée de l’Ouvèze en Ardèche, entre Privas et le Pouzin, la mesure n’est pas toujours appliquée. Nous roulons à 80 km/h, mais rapidement, un petit bouchon se forme. Derrière nous, huit voitures et une camionnette, qui semblent prêtes à nous doubler. "Vous voyez, on est à 80 km/h, tout le monde est parti. Il n’y a personne devant nous."

On va devoir courir après le temps toute la journée. C’est problématique. Nous avons devoir prendre en compte le fait que nous allions prendre plus de temps pour un trajet identique. Sur une journée de travail, on perd 48 minutes. C’est énorme. Florian, patron de Taxi Ambulance Bénéfice.

Selon ses calculs, chaque conducteur de son entreprise pourrait perdre 48 minutes par jour avec cette limitation. - Radio France
Selon ses calculs, chaque conducteur de son entreprise pourrait perdre 48 minutes par jour avec cette limitation. © Radio France - Victor Vasseur

"Mes salariés viennent avec la peur au ventre"

On remarque au bord de les routes empruntées qu’il n’y a pas de nouveaux panneaux 80 km/h. Juste avant un radar, un panneau n’est pas encore remplacé sur la D104.

Entre le Pouzin et Privas, nous avons perdu deux minutes sur le trajet. - Radio France
Entre le Pouzin et Privas, nous avons perdu deux minutes sur le trajet. © Radio France - Victor Vasseur

Pour Florien, il faut être vigilant : "notre permis, c’est notre métier. On va avoir un problème de rentabilité. On fera moins de distance sur un temps identique." Malgré les arguments du gouvernement, ce patron n’est pas en faveur de la mesure. Ses salariés non plus. "Ils sont comme moi, ils ne sont pas convaincus de la mesure. Ils viennent avec la peur au ventre."

Après quarante minutes à sillonner les routes départementales ardéchoises, Florian a l’impression "d’être un escargot sur la route. On ne se sentait pas forcément en danger à 90 km/h."