Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Epidémie de coronavirus : Air Corsica fait front !

-
Par , , France Bleu RCFM

Dans un contexte mondial de réduction du trafic aérien - et même des déplacements tout court, puisque de nombreux pays ferment leur frontières et mettent en place des confinements plus ou moins sévères - Air Corsica fait tout pour limiter la casse.

Un Airbus de la Compagnie Air Corsica
Un Airbus de la Compagnie Air Corsica © Radio France - Radiofrance

"L'avenir de l'aviation civile est menacé". Cette déclaration fracassante est celle de Carsten Spohr, patron de Lufthansa, dont 90% des engins sont cloués au sol. Une situation partagée par de très nombreuses compagnies aériennes, à travers le monde. L'IATA (Association Internationale du Transport Aérien) estime qu'une aide d'urgence (directe, allègement d'impôts, garantie bancaire) de 185 milliards € est aujourd'hui nécessaire à la survie du secteur.

Air Corsica est-elle en danger ?

Les aéroports sont vides, ici celui de Hong Kong
Les aéroports sont vides, ici celui de Hong Kong © Maxppp - Keith Tsuji

Certaines compagnies ont déjà arrêté leurs vols... d'autres ont carrément fait faillite. Air Corsica n'en est pas là, mais la compagnie régionale est aussi obligée de se réorganiser pour des raisons tant économiques que sanitaires. Elle a réduit de 75% son activité et de 90% son offre de sièges. Le trafic se résume à une seule rotation Aller-Retour par jour sur chaque ligne du service public (Paris-Nice-Marseille) et les capacités ont été réduites : 80 passagers seulement sur les Airbus A320 et 30 sur les ATR 72. Heureusement, selon ses dirigeants, Air Corsica n'était pas en difficulté au début de la crise ; elle était même en croissance. Une bonne santé financière avec des réserves de trésorerie qui vont lui permettre de tenir le premier choc : celui des salaires de mars pour 700 employés. Ils seront payés sans problèmes. 

Et si la crise devait durer ?

Air Corsica s'appuiera d'ailleurs comme toute entreprise sur les aides promises par l'état concernant le chômage partiel ou les reports de taxes. Reste à présent l'incertitude sur la durée de cette crise : "si la perte est limitée aux seuls mois de mars et d'avril, si ça repart au printemps avec une bonne saison estivale derrière, l'impact aura été fort sur les comptes 2020 mais il ne sera pas fatal" soutient la direction de la compagnie.  En revanche, si le confinement devait durer plusieurs mois et la crise déborder sur le début de l'été, n'amenant plus de recettes dans les  caisses, la situation pourrait sérieusement se compliquer pour Air Corsica comme pour toutes les autres compagnies.
 

Qui voyage encore ?

Les avions sont quasi vides un peu partout
Les avions sont quasi vides un peu partout © Maxppp - Alexandre Marchi

S'il y a encore un peu de flux constate Air Corsica c'est dans le sens Nord Sud : des corses du continent qui rentrent et qui préfèrent subir le confinement dans leur île.  Une situation qui pourrait conduire Air Corsica, en accord avec l'OTC, a réduire à nouveau son offre la semaine prochaine et plus encore en cas de prolongement ou durcissement du confinement. Peu ou pas de passagers dans les aéroports insulaires et donc, de facto, dans les avions qui desservent la Corse. L'interdiction de déplacement à ce niveau est plus que respecté : les gens ne voyagent pas, sauf pour quelques rares cas professionnels ou raisons de Santé.
Les compagnies aériennes s'adaptent donc, à l'image d'Air Corsica, tant qu'elles le peuvent encore. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu