Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Et pourquoi pas un téléphérique à Vitrolles entre l’aéroport Marseille-Provence et la gare ?

-
Par , France Bleu Provence

Le projet d'un téléphérique pour relier l'aéroport Marseille-Provence et la gare de Vitrolles revient sur la table. Une étude a été menée pour le compte de la Métropole d'Aix-Marseille. Le maire de Vitrolles n'y est pas opposé mais souhaite aussi d'autres solutions de transport.

La ligne permettrait de relier les deux sites en six minutes, avec un arrêt par Airbus Helicopters.
La ligne permettrait de relier les deux sites en six minutes, avec un arrêt par Airbus Helicopters. © Maxppp - STEPHANE ROLLAND

Et si dans quelques années, pour se déplacer entre l’aéroport Marseille-Provence et la gare de Vitrolles, vous laissiez votre voiture pour monter dans un téléphérique ? Le projet d'une ligne d'un kilomètre est à l'étude. Il permettrait de rejoindre l'aéroport en six minutes, avec un arrêt sur le site d'Airbus Helicopters. 

Ce projet serait une alternative aux bus à haut niveau de service (BHNS) actuellement en place sur la zone traversée par la départementale 20. Mais pour le maire de Vitrolles, Loïc Gachon il faut aussi développer d'autres solutions de transport pour améliorer la circulation dans cette zone. 

"Ce téléphérique ne peut être l'unique solution, cela nécessitera d'être complété par d'autres solutions beaucoup plus simples comme une passerelle piétonne. C'est un complexe de solutions mobilités qu'il faut apporter."

Un projet de 32 millions, dont 65 % de fonds européens qui aura pour but de fluidifier le trafic dans ce secteur et notamment faciliter l'accès au site d'Airbus Helicopters. Mais là encore, Loïc Gachon insiste : le téléphérique ne réglera pas tout : "Le problème n'est pas que un problème d'accès à Airbus et à l'aéroport, c'est aussi un problème de circulation sur la plateforme aéroportuaire. Et les salariés d'Airbus qui veulent entrer sur le site en arrivant à la gare ont encore 200-300 mètres à faire." 

Et même si il ne s'agit pour l'instant que d'un projet, l'idée de se déplacer en téléphérique, comme à Brest, peut séduire, reconnait Loïc Gachon : "C'est même dépaysant ! C'est quelque chose que l'on voit plutôt en Amérique du Sud, mais cela ne peut pas être l'unique solution". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess